Crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines : Kiev et séparatistes se renvoient la responsabilité

Crash du Boeing 777 de la Malaysia Airlines : Kiev et séparatistes se renvoient la responsabilité

Crash du vol MH17 - Un avion de la Malaysia Airlines, qui reliait Amsterdam à Kuala Lumpur, s'est écrasé jeudi après-midi dans l'Est de l'Ukraine, une région actuellement au mains des rebelles. Ceux-ci nient toutefois toute responsabilité et accusent Kiev d'être derrière l'attaque.

Le choc passé, vient le temps de la recherche d'explications. Après le crash jeudi après-midi d'un Boeing de la Malaysia Airlines en Ukraine , vraisemblablement abattu par un missile sol-air, la communauté internationale cherche à comprendre ce qu'il s'est passé. Mais dans une région en proie à une guerre ouverte entre pouvoir ukrainien et séparatistes pro-russes, il est pour l'heure difficile de faire la lumière sur cette affaire.

Pour les rebelles, "ce sont des mensonges"

Peu après le crash, le président ukrainien Petro Porochenko a ainsi évoqué un "acte terroriste", tandis qu'un conseiller de son ministre de l'Intérieur affirmait que l'appareil avait été attaqué à l'aide d'un missile "gracieusement offert aux terroristes par Poutine". Les séparatistes n'ont pas non plus tardé à réagir. Toutefois, estime le Premier ministre de la République autoproclamée de Donetsk, Alexandre Borodaï, "ce sont des mensonges. Nous n'avons pas les armes antiaériennes pour abattre un avion à 10.000 mètres, nos défenses antiaériennes ont une portée de 2.500-3.000 mètres". Présent sur les lieux de la catastrophe, il s'est dit prêt à observer un cessez-le-feu de deux ou trois jours pour permettre l'évacuation des corps et le travail d'experts internationaux.

 Confondu avec un appareil militaire ?

Quelques indices laissent cependant penser que les forces rebelles pourraient être derrière cette l'attaque. Plusieurs messages affichés sur des sites Internet indépendantistes, tout comme des conversations interceptées par les services de sécurité ukrainiens laissent penser que le Boeing a pu être abattu par erreur par les rebelles, qui l'auraient confondu avec un appareil militaire. Un message posté sur la page Facebook d'un commandant séparatiste, notamment, affirme que les insurgés ont détruit en vol un avion de transport ukrainien, à peu près à l'heure et dans la zone de chute de l'avion de ligne malaysien. Une hypothèse qu'il faut traiter avec la plus grande prudence, dans la mesure où la guerre de communication entre Kiev et les indépendantistes fait rage depuis plusieurs mois.

Quatre français à bord "au minimum"

L'appareil, qui avait décollé d'Amsterdam à 12h15 jeudi et devait rallier vendredi matin Kuala Lumpur , la capitale de la Malaisie, comptait à son bord près de 300 personnes, dont plus de 150 néerlandais. Selon le ministère des affaires étrangères, il y aurait "au minimum" quatre français parmi les victimes. Le Quai d'Orsay a ouvert une cellule de crise, joignable au 01 43 17 56 46. De son côté, le directeur d'Onusida, qui coordonne l'action des agences internationales contre le VIH, affirme qu'un grand nombre de passagers étaient en route pour la conférence mondiale sur le sida, qui démarre ce week-end à Melbourne. Parmi eux se serait trouvé le chercheur néerlandais Joep Lange, figure internationale de la lutte contre le virus.

Consternation internationale

Dès jeudi soir, la communauté internationale a appelé à un cessez-le-feu immédiat afin de permettre une enquête rapide. Le président américain, Barack Obama, s'est dit prêt à fournir "de l'aide immédiate en faveur d'une enquête internationale rapide, complète, crédible et sans entraves". L'Organisation mondiale de l'aviation civile (OACI) a également proposé son aide et des enquêteurs malaisiens sont en route pour l'Ukraine, qui va mettre en place un couloir humanitaire pour accéder au lieu de la catastrophe.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : une troisième personne décédée

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 61.000 nouveaux cas en 24 heures, "record" de cette 5e vague

Faut-il se refaire intégralement vacciner si on est en retard pour sa 3e dose ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Montebourg prêt à offrir sa "candidature à un projet commun et à un candidat commun"

VIDÉO - "Plus jamais ça" : l'alerte des parents de l'ado électrocutée par son téléphone en prenant un bain

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.