Crash du vol MH 17 : l'avion a été abattu par un missile BUK d'origine russe

Crash du vol MH 17 : l'avion a été abattu par un missile BUK d'origine russe
International
DirectLCI
ENQUÊTE - Selon la presse néerlandaise, l'enquête sur le crash du MH 17 en Ukraine en juillet 2014 a permis de déterminer l'origine du tir qui a fait chuter l'appareil. Il a été abattu par un missile BUK, d'après le rapport qui doit être rendu public mardi à la mi-journée. Une version contestée par le constructeur russe du missile.

Un missile est bien à l'origine du crash du MH 17, le 17 juillet 2014. Et pas n'importe lequel : le système de missile sol-air BUK, d'origine russe. Telle est la conclusion du rapport d'enquête rendu public mardi à la mi-journée, et dont la presse néerlandaise a rendu compte un peu plus tôt dans la journée. Il précise que le missile a heurté le cockpit de l'avion par la gauche et qu'il a été tiré depuis une zone tenue par des rebelles prorusses. "Le vol MH17 s'est crashé suite à la détonation d'une ogive à l'extérieur de l'avion contre le côté gauche du cockpit", a déclaré le directeur du Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité (OVV), Tjibbe Joustra.

Ce rapport très attendu des autorités néerlandaises doit faire la lumière sur ce crash survenu en Ukraine, en plein conflit militaire entre forces ukrainiennes et séparatistes pro-russes, et qui a coûté la vie à ses 298 occupants dont une majorité de Néerlandais. 

Contestations en Russie

La théorie, avancée par la Russie, selon laquelle le missile a été tiré depuis la zone contrôlée par l'armée ukrainienne, a été écartée. En juillet 2015, la Russie avait mis son véto au conseil de sécurité des Nations-Unies à la création d'un tribunal spécial pour juger les responsables du crash. 

Mardi après-midi, Almaz-Anteï, le constructeur russe des systèmes de défense antiaérienne BUK, a contesté les conclusions de cette enquête internationale, affirmant notamment que le modèle incriminé n'est plus utilisé par l'armée russe depuis 2011. Côté ukrainien, le Premier ministre Arseni Iatseniouk a dénoncé pour sa part "une opération des services secrets russes". 

À LIRE AUSSI
>> Vol MH 17 : une vidéo au plus près du crash

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter