Crash d'Ethiopian Airlines : ces pays et compagnies aériennes qui clouent au sol les Boeing 737 MAX

International
RÉCAP' - À l'instar de la France, de nombreux pays ont décidé de fermer leur espace aérien aux Boeing 737 MAX. Une décision également prise par plusieurs compagnies aériennes, qui fait suite au crash d'un avion d'Ethiopian Airlines ce dimanche. Etat des lieux.

Une avalanche d'interdictions et de suspensions. Après avoir joué la montre durant trois jours, les Etats-Unis ont finalement décidé de clouer au sol tous les Boeing 737 MAX-8 et MAX-9. Plusieurs pays européens, dont la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne, ont, en avaient fait de même les uns après les autres, suspendant les vols ou fermant leur espace aérien aux Boeing 737 MAX, avant que l'Agence européenne de la sécurité aérienne ne le décide pour l'ensemble du Vieux continent. Tous avaient emboîté le pas à d'autres Etats d'Asie, d'Océanie et du Golfe, mais aussi à de nombreuses compagnies. 


Des décisions qui font suite au crash, dimanche, d'un 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts, lui-même consécutif à l'accident survenu avec ce même appareil sur un vol Lion Air en Indonésie en octobre dernier. 

Les pays qui interdisent leur espace aérien

L'Agence européenne de sécurité aérienne (AESA, 32 Etats membres) a fermé mardi soir l'espace aérien européen aux Boeing 737 MAX-8 et MAX-9, qu'ils soient à destination, au départ, ou à l'intérieur de l'Union européenne. Auparavant, l'Allemagne et la Serbie avaient déjà banni les 737 MAX-8 et MAX-9 et la Pologne les 737 MAX-8 de leur espace aérien national. La France, le Royaume-Uni, l'Italie, l'Autriche, l'Irlande et les Pays-Bas avaient, eux, exclu tous les 737 MAX. 


Dans le reste du monde, l'Egypte, la Turquie, le Vietnam, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, Singapour, les Emirats arabes unis et le Koweït ont tous interdit tous les Boeing 737 MAX dans leur espace aérien. La Malaisie et la Guinée équatoriale ont pris pareille décision pour les B-737 MAX-8. La Namibie a, elle, fermé ses aéroports à toute la série des 737 MAX mais ne leur interdit pas de traverser son espace aérien.


Mercredi, le Canada a lui aussi annoncé qu'il bannissait "immédiatement" de son espace aérien les Boeing 737 MAX-8 et MAX-9. Un choix justifié, selon le ministre canadien des Transports, par "de nouvelles données" sur les circonstances de l'accident sur le vol d'Ethiopian Airlines. En fin de journée, Donald Trump a lui aussi finalement choisi la précaution, en interdisant tous les vols de Boeing 737 MAX-8 et MAX-9 aux Etats-Unis.

En vidéo

Interdiction des 737 Max : "Boeing arrive dans une forme d'impasse"

Les pays qui suspendent les vols

La Chine a enjoint à ses compagnies aériennes de suspendre les vols des Boeing 737 MAX-8. Un total de 76 Boeing de la famille 737 MAX ont été livrés à une dizaine de compagnies aériennes chinoises. En Indonésie, dont la compagnie Lion Air - qui a d'ailleurs annoncé le report de la réception d'une commande de quatre Boeing - avait perdu un Boeing 737 MAX-8 le 29 octobre 2018 avec 189 personnes à son bord, les autorités ont immobilisé lundi la flotte de 11 Boeing 737 MAX-8 du pays. 


Le sultanat d'Oman a quant à lui suspendu les opérations des 5 Boeing 737 MAX de la compagnie nationale Oman Air et interdit tout vol de 737 MAX de et à destination de son territoire. La Corée du Sud a requis l'immobilisation des deux appareils de la compagnie locale à bas prix Easter Jet, la Mongolie a cloué au sol l'unique 737 MAX-8 du transporteur national Mongolian Airlines, et le Kazakhstan fait de même pour le seul MAX-8 de sa compagnie SCAT Airlines. Enfin, l'Inde a cloué mardi au sol les flottes de Boeing 737 MAX de ses compagnies Spicejet et Jet Airways.

Les compagnies qui immobilisent leurs avions

Du côté des compagnies aériennes, Ethiopian Airlines a cloué au sol ses 4 Boeing 737 MAX-8 restants dès les premiers instants après la catastrophe survenue dimanche. Même chose par la suite pour Tuifly (Allemagne et Grande-Bretagne, 15 avions), flyDubai (Emirats  arabes unis, 13), Gol (Brésil, 7), Aeromexico (Mexique, 6), LOT (Pologne, 5), Aerolineas Argentinas (Argentine, 5), Icelandair (Islande, 3), Comair (Afrique du Sud, 1), S7 (Russie, 2) et Cayman Airways (Iles Caïmans, 2).


À noter que Norwegian Air Shuttle (Norvège, 18 avions) - qui a par ailleurs prévenu mercredi qu'elle allait "envoyer la facture" de l'immobilisation de ses appareils à Boeing - et Turkish Airlines (Turquie, 12) avaient cloué au sol leurs Boeing 737 MAX, avant que leur autorité de sécurité aérienne ne le leur impose également.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Crash de l'Ethiopian Airlines

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter