Crise au Liban : le Premier ministre Saad Hariri annonce la démission du gouvernement

Crise au Liban : le Premier ministre Saad Hariri annonce la démission du gouvernement
International

CRISE - Au 13e jour de contestation populaire au Liban, mardi, le Premier ministre Saad Hariri a annoncé qu'il allait présenter la démission de son gouvernement.

Le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé mardi qu'il allait présenter la démission de son gouvernement. "Je me rends au Palais de Baabda pour présenter la démission du gouvernement au président de la République", a-t-il déclaré au 13e 

jour de la contestation populaire réclamant la chute du régime.

Lire aussi

Le plan de réformes d'Hariri n'a pas convaincu

Sur le terrain, les tensions sont croissantes, notamment à Beyrouth. Peu avant l'annonce de la démission du gouvernement, des dizaines d'assaillants armés de bâtons avaient lancé une attaque contre le principal site de rassemblement des manifestants anti-régime dans le centre de la capitale.

Les manifestations ont débuté le 17 octobre à cause de l'annonce de plusieurs réformes, notamment d'une nouvelle taxe sur les appels via la messagerie WhatsApp. Depuis, ce nouvel impôt a été annulé mais la foule réclame désormais une démission en bloc d'un gouvernement jugé incompétent et corrompu. L'annonce, le 21 octobre, d'un plan de réformes n'a pas changé la donne. Ce plan comprenait des mesures contre la corruption, un budget sans nouveaux impôts, un programme de privatisations pour lutter contre le dysfonctionnement des services publics et des aides en faveur des plus défavorisés.

En vidéo

VIDÉO - Manifestations au Liban : une chaîne humaine de 170 km traverse le pays

Le président Michel Aoun avait évoqué dès le 24 octobre la possibilité d'un remaniement ministériel, mais celui-ci ne s'est pas concrétisé en raison des divisions internes à son gouvernement. Le puissant chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait lui aussi rejeté l'option d'une démission du gouvernement. Ce mardi matin, la police est intervenue sur le pont autoroutier de Beyrouth pour stopper des heurts entre des contestataires et des partisans du mouvement pro-iranien.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent