Crise au Venezuela : Trump menace Maduro de sanctions

DIPLOMATIE - Alors que de nombreux Venezueliens sont dans la rue contre le projet d'Assemblée constituante de leur gouvernement, Donald Trump a décidé de les soutenir en menaçant Nicolas Maduro.

La crise persiste au Venezuela contre le président Nicolas Maduro. Ce dernier, dont le mandat prend fin début 2019, veut la création d'une assemblée constituante dont l'élection est prévue le 30 juillet. Chargée de rédiger une nouvelle Constitution, cette Assemblée pourrait abroger la législature actuelle où l'opposition est majoritaire.


Aussi, dimanche, l'opposition a tenu un référendum contre ce projet. Un quart des Venezueliens (soit un peu plus de 7 millions) y ont participé. Et ce vote n'a pas laissé Donald Trump de marbre.  "Hier, le peuple vénézuélien a signifié clairement une nouvelle fois qu'il défendait la démocratie, la liberté et l'Etat de droit. Pourtant leurs actions fortes et courageuses continuent d'être ignorées par un mauvais dirigeant qui rêve de devenir dictateur", a déclaré ce lundi le président américain dans un communiqué. 


Et d'ajouter : "Les Etats-Unis n'assisteront pas sans réagir à l'effondrement du Venezuela. Si le régime de Maduro impose son Assemblée constituante le 30 juillet, les Etats-Unis prendront des actions économiques fortes et rapides."

Boycotter le pétrole ?

Concrètement, la Maison Blanche envisage de toucher le secteur clé de l'énergie, notamment la compagnie pétrolière publique Petróleos de Venezuela (PDVSA). Ce qui pourrait faire mal à cet Etat d'Amérique du Sud où la vente de pétrole représente 95% des revenus à l'exportation. D'autant que le pays traverse déjà une grave crise économique avec des pénuries alimentaires et une inflation galopante. Mais une telle décision présenterait aussi un risque pour les Etats-Unis. Le Venezuela est en effet leur troisième importateur de pétrole, après le Canada et l'Arabie saoudite. Aussi des sanctions pourraient compromettre cet approvisionnement. 


Nicolas Maduro a réagi en affirmant que son pays est victime d'une "guerre économique" dirigée depuis Washington en vue de le destituer, avec le soutien d'une opposition sous sa coupe.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter