Crise des sous-marins : Paris refuse toujours de renouer le contact avec Canberra

Après l'annulation du contrat par l'Australie de l'achat de sous-marins à la France, Paris annonce le rappel de ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie. Cela peut-il vraiment altérer les relations franco-américaines ?

DIPLOMATIE - L'annulation, mi-septembre, d'un mégacontrat de sous-marins français à l'Australie a jeté un froid dans la relation bilatérale entre Paris et Canberra. La France attendrait des garanties de la part de l'exécutif australien.

Reprendre langue paraît incontournable, mais quand ? Partenaire "important" comme l'a rappelé ce mardi Emmanuel Macron, l'Australie s'est éloignée avec la signature de l'alliance AUKUS avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni mi-septembre. 

Depuis, Paris et Canberra n'ont toujours pas repris contact au plus haut niveau. Le premier ministre australien Scott Morrisson a affirmé la semaine dernière avoir tenté en vain de joindre Emmanuel Macron, reconnaissant qu'il devra se montrer "patient" pour renouer les liens avec Paris. Ce n'est pas le cas de ses homologues américain et britannique, le président français s'étant entretenu la semaine dernière avec Joe Biden puis Boris Johnson, soit quelques jours après l'éclatement de cette crise diplomatique.

Toute l'info sur

Affaire des sous-marins : une crise inédite entre la France, l'Australie et les États-Unis

"Préparer cette conversation de manière très sérieuse"

L'Elysée a fait savoir ce mardi que Paris attendait d'être assurée d'avoir une "conversation de substance" avec l'Australie avant de renouer contact. "La question n'est pas de savoir", selon un conseiller du président, si Emmanuel Macron est "disponible pour parler" avec le premier ministre australien Scott Morrisson car "il l'est toujours", mais il s'agit de "préparer cette conversation d'une manière très sérieuse."

La diplomatie française reproche à son partenaire australien l'annulation d'un méga-contrat de vente de sous-marins à l'Australie, signé en 2016 par l'industriel français Naval Group. Ce contrat avorté s'inscrivait dans un rapprochement stratégique opéré depuis plusieurs années avec l'Australie, qui devait sceller l'importance de la France dans la zone Indo-Pacifique. "(L'Australie) ne s'est pas comportée correctement dans cette affaire", a d'ailleurs rappelé Emmanuel Macron ce mardi. 

Lire aussi

L'ambassadeur de France bientôt de retour à Canberra

En signe d'apaisement, l'Elysée a cependant indiqué que l'ambassadeur français en Australie, rappelé à Paris depuis deux semaines, allait retourner à Canberra "à une date qui reste à déterminer". Celui en poste aux Etats-Unis doit rejoindre Washington ce mercredi. 

Le jour où cette crise s'est déclenchée, le 15 septembre dernier, le chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian parlait alors d'un "coup dans le dos" australien et d'une "décision unlilatérale, brutale, imprévisible ressemble beaucoup à ce que faisait M. Trump" à propos de l'initiative américaine dans ce dossier.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "The Voice All Stars": Anne Sila remporte la finale

Présidentielle 2022 - "Il n'y a pas de Jupiter" : pour son premier meeting, Anne Hidalgo s'en prend à Emmanuel Macron

Turquie : Erdogan annonce l'expulsion d'une dizaine d'ambassadeurs, dont celui de France

Colombie : Otoniel, le plus grand trafiquant de drogue du pays, capturé dans la jungle

VIDÉO - Candidat ou pas ? Éric Zemmour indique avoir "pris une décision" pour la présidentielle

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.