Crise diplomatique entre Trump et la Chine : Pékin met la pression sur l'administration Obama

Crise diplomatique entre Trump et la Chine : Pékin met la pression sur l'administration Obama

ÇA CONTINUE – Pékin a exhorté mardi Washington à empêcher la présidente taïwanaise de faire escale aux Etats-Unis lors de son voyage prévu le mois prochain en Amérique centrale. Une nouvelle étape dans la crise diplomatique provoquée par le coup de fil donné à Tsaï Ing-wen par Donald Trump, contre qui les médias chinois se montrent désormais (très) critiques.

C’est un coup de fil qui continue de faire trembler le monde feutré des relations internationales. La crise provoquée vendredi par Donald Trump avec la Chine à la suite de son entretien téléphonique avec la présidente de Taïwan Tsaï Ing-wen - rompant ainsi avec 40 ans de diplomatie implicite - a franchi mardi une nouvelle étape. 

Pékin a en effet demandé aux Etats-Unis de ne pas autoriser la dirigeante de l'île à transiter par le territoire américain lors du déplacement qu’elle doit effectuer le mois prochain (les 11 et 12 janvier 2017) au Nicaragua, au Guatemala et au Salvador. Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré à l’agence Reuters qu’il espérait que Washington "n’enverrait pas de mauvais signal aux 'forces indépendantistes' taïwanaises", arguant que le "véritable but" recherché par Tsaï Ing-wen et de son parti (le Parti démocrate progressiste, ndlr) était "une évidence". 

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Lire aussi

    Cette requête a-t-elle des chances d’aboutir ? Rien n’est moins sûr, et pour cause : un porte-parole du département d’Etat américain - le ministère des Affaires étrangères - a souligné qu’autoriser les dirigeants de l’île à passer par les Etats-Unis correspondait à "une pratique de longue date, en accord avec le caractère non-officiel des relations avec Taïwan". Une réponse qui ne devrait évidemment pas satisfaire Pékin, bien au contraire. 

    Lire aussi

      Les médias chinois, pro-gouvernement, s’attaquent désormais ouvertement à Trump

      S'ils s’étaient d’abord montrés plutôt complaisants en prônant l’attentisme, les médias chinois, proches du Parti communiste au pouvoir, ont ainsi commencé à s’attaquer ouvertement à Donald Trump. Car, après avoir mis les sorties du président-élu sur le compte de la simple "inexpérience", plusieurs d'entre eux, à l’instar du Quotidien du Peuple, ont très clairement changé de ton.  

      "Certains disent que Trump n'a pas d'expérience en diplomatie ou en affaires militaires (...) mais en réalité, il a ses propres positions", le souci étant qu'elles "ne sont pas compatibles avec la logique fondamentale des relations sino-américaines", insiste l’organe officiel du gouvernement chinois.

      Trump fait beaucoup de bruit mais ne peut s'abstraire des règles du jeu des grandes puissances- Le Global Times, journal proche du pouvoir chinois

       Même son de cloche du côté du Global Times, également proche du pouvoir, selon qui "Trump fait beaucoup de bruit mais ne peut s'abstraire des règles du jeu des grandes puissances" et "n'a pas les ressources suffisantes pour manipuler la Chine à sa guise."

      De son côté, le quotidien étatique China Daily enjoint à ce "bleu en diplomatie" de prendre un cours accéléré en realpolitik. "Trump peut bien mépriser le personnel diplomatique traditionnel de Washington. Mais il devrait d'abord maîtriser la réalité des relations internationales, non pas seulement une vision fantasmée, avant de manier le scalpel", souligne-t-il. A en croire le journal, si le régime communiste réagit pour le moment avec modération aux "ballons d'essai" de Donald Trump, cela pourrait ne pas durer : "En tant que président-élu, Trump peut tabler sur une certaine indulgence quand il s'exprime. Il en sera autrement quand il sera président", au risque de "coûteuses complications".

      En vidéo

      JT WE – Couac diplomatique : l'entretien entre Trump et la présidente taïwanaise froisse Pékin

      Lire aussi

        Lire aussi

          En vidéo

          Donald Trump demande l'annulation de la commande du futur Air Force One... sur Twitter

          Sur le même sujet

          Les articles les plus lus

          EN DIRECT - Covid-19 : des vols spéciaux pour rapatrier en France les personnes bloquées au Maroc

          Covid-19 : "Il est légitime de prendre des précautions" face au variant Omicron, explique le Pr Alain Fischer sur LCI

          Joséphine Baker : quand un cercueil entre vide (ou presque) au Panthéon

          EN DIRECT - Candidature d'Éric Zemmour : le polémiste sera l'invité du 20h de TF1 mardi

          Covid-19 : une étude confirme l'efficacité du rappel vaccinal pour contenir les hospitalisations de la 5e vague

          Lire et commenter
          LE SAVIEZ-VOUS ?

          Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

          Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.