Crise en Tunisie : la France appelle au retour rapide "d'un fonctionnement normal des institutions"

Tunisie : la crise politique s'aggrave

PRISE DE POUVOIR - De nombreux pays appellent au retour de la stabilité politique en Tunisie, depuis la décision, ce dimanche 25 juillet, de son président Kaïs Saïd de limoger le Premier ministre et de suspendre les travaux du Parlement pour un mois.

Les réactions des pays du monde entier fusent. La France appelle notamment au "retour, dans les meilleurs délais, à un fonctionnement normal des institutions" en Tunisie après la décision, dimanche 25 juillet, du président tunisien Kaïs Saïd de limoger son premier ministre Hichem Mechichi et de suspendre les travaux du Parlement pour un mois. "La France suit avec la plus grande attention l'évolution de la situation politique en Tunisie", a assuré la porte-parole du Quai d'Orsay, Agnès von der Mühll ce lundi. 

La France "souhaite le respect de l'État de droit et le retour, dans les meilleurs délais, à un fonctionnement normal des institutions, qui doivent pouvoir se concentrer sur la réponse à la crise sanitaire, économique et sociale", a-t-elle indiqué dans le détail. "Dans le plein respect de la souveraineté de la Tunisie, la France appelle également l'ensemble des forces politiques du pays à éviter toute forme de violence, et à préserver les acquis démocratiques du pays", conclut Agnès von der Mühll. 

L'Allemagne a aussi appelé au "respect des libertés civiles, qui est l'un des gains les plus importants de la révolution tunisienne" de 2011, souvent présentée comme la seule réussie du Printemps arabe. Quant aux États-Unis, ils se sont dits "préoccupés" par la crise politique qui secoue la Tunisie et ont appelé au respect des "principes démocratiques" dans le pays.

Lire aussi

Depuis ce dimanche, l'organisation du pays, régi depuis 2014 par un parlementaire mixte, est complètement bouleversée. Des milliers de Tunisiens sont immédiatement descendus dans la rue pour réclamer la dissolution du Parlement, tandis que des heurts ont éclaté aux abords du Parlement entre les partisans de Rached Ghanouchi et de Kaïs Saïd. Un sit-in a aussi été organisé par le président du Parlement, imité par quelques députés. 

Cette crise se déroule dans un contexte épidémique dramatique. Le pays enregistre 18.000 morts du Covid-19 pour 12 millions d'habitants, soit le pire taux de mortalité au monde à ce jour. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Soldat tué au Mali : le caporal-chef Maxime Blasco, un militaire de 34 ans au parcours "admirable"

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la carte des départements concernés

REVIVEZ - "Danse avec les stars" : la chanteuse Lola Dubini est éliminée dès son premier prime

Éruption du volcan aux Canaries : comment expliquer l'arrivée en France du nuage de dioxyde de soufre

EN DIRECT - Covid-19 : 7980 personnes hospitalisées, dont 1571 en soins critiques

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.