Crise migratoire en Méditerranée : quel avenir pour l'Aquarius ?

International
DirectLCI
HUMANITAIRE - Le navire doit accoster à Malte pour y débarquer 58 migrants naufragés en Méditerranée, qui seront ensuite accueillis par plusieurs pays européens. L'Aquarius se rendra ensuite à Marseille, le temps de trouver un nouveau pavillon.

Retour à la case départ pour l’Aquarius. Moins de deux semaines après avoir quitté le port de Marseille où il était bloqué dans l'attente d'un nouveau pavillon, le navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières se dirige une nouvelle fois vers la cité phocéenne. Entre temps, il doit faire une escale à Malte, afin de débarquer 58 migrants et mettre un terme à plusieurs jours de polémique, Paris refusant leur débarquement en France.


C'est donc sans réfugiés que le navire va, une nouvelle fois, s'arrimer à Marseille. Débutera alors une nouvelle mission : trouver un pavillon. Le Panama lui a en effet retiré ses couleurs le week-end dernier, à cause de la pression diplomatique des autorités italiennes. Comme un air de déjà-vu : en août, le gouvernement du territoire britannique de Gibraltar avait retiré son pavillon,, l'Aquarius n'étant pas enregistré pour mener des activités de sauvetage.

"Ces démarches prennent du temps"

Cette fois-ci, l'Aquarius risquant de devenir un navire fantôme, privé d'immatriculation, dès qu'il aura touché terre, il souhaitait se rendre à Marseille, son port d'attache. C'est en effet là que ce bateau appartenant à une société allemande a été affrété par les deux ONG. "C'est du jamais-vu et, en soi, un scandale", a affirmé lundi Francis Vallat, le président de l'ONG en France.


Pour ne pas devenir hors la loi, SOS Méditerranée a rapidement demandé au Panama "de revenir sur sa décision". Les Etats européens, eux, ont été priés de fournir un pavillon à l'Aquarius. Cèderont-ils à ce navire, symbole de la crise qui règne en Méditerranée ? "Pour l'instant, les négociations sont au stade embryonnaire. Ces démarches prennent du temps", a déclaré à LCI l'ONG ce mercredi, estimant qu'un "jeu diplomatique" se mettait en place. 

"Plusieurs semaines sans opérations de secours"

"C'est une décision politique", a précisé l'ONG. Celle-ci redoute cette fois-ci la longueur des délais, qui pourraient l'empêcher de reprendre la mer rapidement. "Quand le pavillon de Gibraltar nous avait été retiré en août, en obtenir un du Panama avait été une solution de facilité. L'armateur allemand à qui nous louons le navire avait déjà un bateau sous pavillon panaméen. C'est lui qui avait orchestré les démarches administratives, nous n'avions même pas eu besoin de changer d'équipage. Et puis, la décision était pressentie, l'armateur avait pris les devants dès le mois de juin. Là, nous repartons de zéro."


Mardi soir, SOS Méditerranée a annoncé qu'elle allait "lancer une mobilisation citoyenne pour convaincre un Etat, si possible européen, de nous faire une nouvelle proposition de pavillon, afin que l'Aquarius puisse repartir secourir ceux qui doivent l'être". 


"Malheureusement il y aura encore plusieurs jours ou plusieurs semaines sans que l'Aquarius puisse faire des opérations de secours. Pour l'instant on demande à Panama de revoir sa position", a affirmé un responsable de MSF. Si le pavillon de Gibraltar lui est retiré, le navire pourrait se retrouver à battre pavillon allemand, ses précédentes couleurs avant d'être affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter