Sur la route vers l'Europe, 3/4 des jeunes migrants sont victimes de violences, déplore l'Unicef

International
DirectLCI
CRISE MIGRATOIRE - Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance alerte la communauté internationale sur la partie libyenne de la route migratoire, considérée comme l'une des plus dangereuses au monde. De nombreuses femmes et des enfants racontent avoir été victimes de mauvais traitements.

En Libye, les enfants de migrants qui tentent de rejoindre l'Europe sont souvent victimes d'abus. Trois quarts d'entre eux font part de violences de la part d'adultes, selon un rapport de l’Unicef dévoilé ce mardi au siège de l’ONU à Genève. Au mois de septembre, la Libye comptait 250.000 immigrants hébergés pour la plupart dans des centres de rétention qui ne sont rien d'autre que des "camps de travail forcé et des prisons improvisées", s’indigne le Fonds des Nations Unies pour l’enfance.


Près de la moitié des femmes font état d’abus sexuels pendant leur déplacement, décrivant des lieux aux conditions de vie inhumaines : le manque de nourriture, d'hygiène et de soins, mais aussi la surpopulation dans les camps qui sont aujourd’hui entre les mains de groupes armés qui prospèrent dans le chaos politique libyen et profitent des flux migratoires en coopérant avec les passeurs et le crime organisé, dénoncent les Nations Unies.

Beaucoup de gens meurent ici. On meurt de maladie, on meurt de froidJon, un jeune Nigérian de 14 ans.

"Pour les milliers de femmes et d'enfants migrants incarcérés, ce sont des lieux d'infamie où les gens sont retenus pendant des mois", déplore l'Unicef, qui a interrogé au total 133 migrants. Dans les camps, "ils nous traitent comme de la volaille. Ils nous frappent et ne nous donnent rien de bon à boire ni à manger", explique Jon, un jeune Nigérian de 14 ans qui a fui les violences des djihadistes de Boko Haram. "Beaucoup de gens meurent ici. On meurt de maladie, on meurt de froid."


Face à cette situation dramatique, la directrice régionale et coordinatrice spéciale de l'Unicef pour la crise migratoire, Afshan Khan, en appelle à la communauté internationale pour prendre des mesures "plus fortes pour protéger les enfants". L'Unicef préconise un renforcement de la coopération entre les Etats doit être renforcé afin notamment de faciliter le regroupement familial. En outre, elle demande à la Libye de mettre un terme à la détention d’enfants dans le cadre de ces contrôles migratoires.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter