Critiques de Trump contre Macron sur l'Iran : la France "n'a besoin d'aucune autorisation" pour s'exprimer, répond Le Drian

International

AVERTISSEMENT - Dans un message posté jeudi sur Twitter, Donald Trump reproche à Emmanuel Macron de parler à l'Iran au nom des Etats-Unis, alors que les relations entre Téhéran et Washington se sont largement dégradées ces derniers mois. Ce vendredi, le chef de la diplomatie française répond que la France "n'a besoin d'aucune autorisation" pour s'exprimer sur la question.

Un peu moins de 24 heures après les critiques de Donald Trump contre Emmanuel Macron, jugeant que son homologue français parlait à l'Iran au nom des Etats-Unis, la réponse de Paris est tombée ce vendredi. "Sur l'Iran, la France s'exprime en toute souveraineté", a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. "Elle s'engage fortement pour la paix et la sécurité dans la région, elle s'engage pour permettre une désescalade des tensions et elle n'a besoin d'aucune autorisation pour le faire."

Le locataire de la Maison-Blanche s'en était pris directement au président de la République. "Je sais qu'Emmanuel veut bien faire, comme tous les autres, mais personne ne parle pour les Etats-Unis à part les Etats-Unis eux-mêmes", a-t-il sur Twitter. "L'Iran a de graves problèmes financiers. Ils veulent désespérément parler aux Etats-Unis, mais reçoivent des messages contradictoires de la part de tous ceux qui prétendent nous représenter, parmi lesquels le président français Macron", a-t-il encore estimé. 

Si ces tweets n'ont pas l'air de faire référence à des propos précis d'Emmanuel Macron, ils peuvent découler du comportement du président de la République qui tente d'apaiser les tensions entre les deux pays.

Emmanuel Macron veut se poser en médiateur

L'accord sur le nucléaire iranien, qui date de juillet 2015, met sous contrôle international le programme nucléaire de la République islamique en échange d’une réintégration de ce pays dans l’économie mondiale. Les Etats-Unis se sont retirés de l'accord en mai 2018, depuis les relations entre les deux pays se sont détériorées. Ces derniers mois, les provocations se sont d'ailleurs multipliées.

Emmanuel Macron, qui défend toujours l'accord, s'entretient régulièrement avec son homologue Iranien, Hassan Rohani, se posant en médiateur entre les différentes parties prenantes. Leur dernier échange pourrait être à l'origine des tweets de Donald Trump.

Voir aussi

Lundi, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a confirmé avoir refusé une invitation à rencontrer le président Trump, malgré, selon lui, des menaces de sanctions à son encontre. Selon le magazine The New Yorker, la rencontre devait avoir lieu mi-juillet à la Maison Blanche, qui n'a pas confirmé ces informations. Fin juillet, Washington a décidé d'imposer des sanctions au ministre iranien. Selon le site internet du gouvernement dolat.ir, le président iranien a ensuite eu un entretien téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron.

A noter également qu'Emmanuel Bonne, le conseiller diplomatique d'Emmanuel Macron, s'était rendu à Téhéran en juin et y est retourné les 9 et 10 juillet dernier. L'objectif de ces visites étant d’œuvrer à une "pause" dans l'escalade entre les deux pays.

En riposte au retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, Téhéran a commencé à s'affranchir progressivement de certains engagements. Conséquence, les réserves d'uranium enrichi iraniennes ont dépassé au début du mois la limite imposée par l'accord de Vienne conclu en 2015 .

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter