Cyberguerre : l'Allemagne se dote d'une cyber-armée de hackers d'élite, une première dans l'Otan

International

SÉCURITÉ - L'armée allemande a lancé samedi sa cyberarmée, une force séparée, qui va prendre place aux côtés des armées de la Marine, de l'armée de Terre et de l'Air, avec pour mission de protéger la Bundeswehr des attaques informatiques.

Internet, ça sert, aussi, à faire la guerre. Une guerre de l’ombre qui se mène aujourd’hui, en toute discrétion, mais dont les ravages, bien réels, coûtent des milliards de dollars chaque année. Les armées du monde entier ont intégré le fait que les guerres du futur se mèneront également dans le cyberespace, en lançant notamment des attaques contre les systèmes informatiques des ennemis.

C’est une première parmi les 28 pays membres de l’Otan : l’Allemagne dispose depuis samedi de sa propre cyber-armée, une force séparée au sein de la Bundeswehr, aux côtés de la marine, de l’armée de Terre et de l’Air. Ce cyber-commando, composé de 260 "hackers" d’élites, aura pour mission d’assurer la protection des infrastructures et des systèmes d'armement face aux attaques informatiques.

Avec la mise en réseau et les évolutions technologiques de nos forces armées, nous sommes devenus vulnérables face à cette nouvelle menace- Le général Leinhos, à la tête du Commandement Cyberespace et Information (KdoCIR)

"Avec la mise en réseau et les évolutions technologiques de nos forces armées, nous sommes devenus vulnérables face à cette nouvelle menace, explique Ursula Von Der Leyen, qui a présenté le dispositif cette semaine. Nos systèmes sont visés en permanence par des cyber-attaques, quelles que soient les situations de crise, de conflit ou de guerre auxquelles nous sommes confrontés."

Cette cyber-armée devrait être pleinement opérationnelle d'ici 2021 et comptera à terme au total 13.500 personnels, militaires et civils, ce qui "correspond à peu près aux effectifs de la Marine", a indiqué le général Leinhos, à la tête du Commandement Cyberespace et Information (KdoCIR). "D'un point de vue organisationnel, nous sommes maintenant parmi les meilleurs au monde", s'est-il félicité lors d'un entretien accordé à l'hebdomadaire Focus.

En vidéo

La cyberguerre, le futur de l'affrontement des nations ?

Le spectre d'une ingérence russe sur les élections

Au cours de ces dernières années, le Bundestag et plusieurs partis politiques ont été visés par des cyberattaques. Selon le ministère de la Défense allemand, l’armée allemande a subi depuis le début de l’année 284.000 cyberattaques émanant, selon Berlin, de services de renseignement étrangers. Les renseignements allemands ont par la suite accusé les services secrets russes de mener des campagnes internationales de cyberattaques à des fins d'espionnage et de sabotage.

En novembre dernier, la chancelière allemande Angela Merkel avait déclaré craindre que la Russie, via des cyberattaques ou des actions de désinformation, pourrait tenter d'influencer les législatives de 2017 dans son pays.

Lire et commenter