D’où vient la relation si particulière de Wuhan, épicentre du virus, avec la France ?

D’où vient la relation si particulière de Wuhan, épicentre du virus, avec la France ?
International

Toute L'info sur

Coronavirus : l'épidémie meurtrière qui inquiète la planète

VILLE MORTE - Wuhan, 11 millions d’habitants, est coupée du monde. C’est dans cette mégapole que le coronavirus est apparu en décembre. Elle a été placée en quarantaine jeudi 23 janvier. Plus de 500 Français vivent dans cette agglomération qui entretient depuis le XIXe une relation particulière avec la France.

Des avenues et des rues désertes. Des centres commerciaux sans âme qui vive. Des transports en commun à l’arrêt. Des déplacements interdits. Wuhan est une ville morte. Depuis le 23 janvier, cette agglomération chinoise de 11 millions d’habitants est en quarantaine. Personne ne rentre. Personne ne sort. A l'exception de quelques expatriés exfiltrés par leurs services consulaires, personne ne rentre ni ne sort. En quelques jours, la ville est devenue l’épicentre de l’épidémie qui inquiète le monde. Située au carrefour de deux axes majeurs (le fleuve Yangtsé et l’axe nord-sud Pékin-Hong-Kong) Wuhan abrite plusieurs consulats (France, Royaume-Uni, Etats-Unis) et c'est une plateforme aéroportuaire d'importance, avec des liaisons directes vers l'Europe, le Moyen-Orient et les Etats-Unis. Fait moins connu, Wuhan entretient depuis le XIXe siècle des relations particulières avec la France. 

Une concession française dès le XIXe

Une partie de la ville, Hankou (Wuhan est née de la fusion de cette ex-ville avec deux autres villes), avait accueilli au XIXe siècle - sous la pression des puissances occidentales - une concession française, théâtre d'une première industrialisation. Quelque 500 ressortissants français sont inscrits sur la liste consulaire et, depuis 2000, l'Alliance française y dispense cours de langue et activités culturelles. L'université de Wuhan, réputée pour son département de français, cultive des coopérations avec les universités parisiennes (depuis les années 1980), mais aussi de Lyon ou de Lille, ainsi que, depuis mars 2019, avec la prestigieuse Ecole des Chartes. 

Lire aussi

Base de Renault et PSA en Chine

Wuhan est aussi un centre majeur de l'industrie automobile: c'est là qu'a été fondé en 1969 Dongfeng ("Vent d'Est"), deuxième constructeur du pays, et partenaire aussi bien des Japonais Nissan et Honda que des Français PSA et Renault. Avec plus de 10 usines de production de voitures et quelque 500 équipementiers, le secteur pèse environ 400 milliards de yuans (52,3 milliards d'euros) annuels, selon des chiffres rapportés par le Changliang Daily.

La ville aurait produit 1,7 million de véhicules en 2018. PSA compte trois usines à Wuhan, avec 2000 employés. Son rival Renault y a ouvert début 2016 sa première usine en Chine. Dans leur sillage, les équipementiers Faurecia et Valeo s'y sont implantés.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent