Danemark : cette loi qui permet à la police de saisir l'argent des migrants

Danemark : cette loi qui permet à la police de saisir l'argent des migrants

La police danoise a annoncé jeudi avoir saisi près de 11.000 euros en liquide chez des migrants. Et ce, en vertu de la très controversée loi lui permettant de saisir les biens de valeur des migrants entrant dans le pays.

En janvier dernier, l'adoption d'une nouvelle loi sur l'immigration avait fait scandale au Danemark. Son principe ? Autoriser les forces de l’ordre à saisir l’argent liquide au-delà de 10.000 couronnes (1.300 euros) ainsi que les objets dont la valeur dépasse ce montant. Six mois plus tard, la polémique pourrait reprendre de plus belle après la première application du texte.

La police danoise a en effet annoncé jeudi avoir saisi près de 11.000 euros en liquide chez cinq étrangers qui essayaient de rentrer sur le territoire munis de faux documents. Il s'agit de deux hommes et trois femmes entre 26 et 35 ans et de nationalité iranienne. Ils ont été arrêtés mardi soir à l'aéroport de Copenhague et placés en garde à vue pour usage de faux. Ils étaient en possession de plus de 129.000 couronnes.

EN SAVOIR + >>  Le Danemark veut confisquer les bijoux des réfugiés pour payer leurs dépenses

Vives critiques

Les cinq Iraniens ont demandé l'asile et le traitement de leur demande est en cours, a précisé la police. Une police chargée d'exécuter cette loi qui avait suscité de vives critiques en décembre à l'étranger, le Washington Post osant une comparaison avec les saisies de biens des juifs par l'Allemagne nazie. Le texte avait alors été légèrement modifié, permettant aux réfugiés de conserver les bijoux ayant une valeur sentimentale, comme les bagues de fiançailles. Des critiques qui n'ont pas empêché les élus de plébisciter cette loi, adoptée par 81 voix sur 109, soit près de 75 % des suffrages exprimés.

Le Danemark n'est pas le seul pays à vouloir dissuader les réfugiés en s'en prenant à leur portefeuille. En Suisse, les demandeurs d'asiles doivent ainsi remettre aux autorités tous les biens valant plus de 1.000 francs suisses (913 euros) à leur arrivée sur le territoire. Pour le gouvernement, cela est justifié par le fait que les réfugiés doivent participer aux coûts de leurs demandes d’asile et de la fourniture d’une assistance sociale.

Cas similaire en Allemagne

Même rengaine en Allemagne : en Bavière, "les demandeurs d’asile sont fouillés à leur arrivée pour leurs papiers, leurs biens de valeur et leur argent", selon le ministre de l’Intérieur de Bavière, Joachim Herrmann (CSU, droite). Ils peuvent être saisis si leur valeur excède 750 euros et qu’une demande de remboursement a été lancée. Dans le Bade-Wurtemberg, la police peut saisir les liquidités à partir de 350 euros.

EN SAVOIR + >>  Danemark : pour entrer en boîte, les réfugiés sont priés de savoir parler anglais (ou allemand)

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Covid-19 : la mortalité liée au virus aux États-Unis cette année remet-elle en cause la vaccination ?

"Danse avec les stars" : Elsa Bois, la partenaire de Michou, se sépare de son compagnon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.