Danemark : Peter Madsen, le tueur du sous-marin arrêté par la police après une évasion

Danemark : Peter Madsen, le tueur du sous-marin arrêté par la police après une évasion

JUSTICE - Le Danois Peter Madsen, condamné à la perpétuité pour le meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall dans un sous-marin artisanal, a été arrêté mardi près de Copenhague après être parvenu à s'échapper de sa prison.

L'affaire, digne d'un film d'horreur, avait fait couler beaucoup d'encre à l'époque. Le Danois Peter Madsen, condamné à la perpétuité pour le meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall dans un sous-marin artisanal, a été arrêté ce mardi 20 octobre près de Copenhague après être parvenu à s'échapper de sa prison. 

Dans un premier temps, il avait été cerné par la police aux abords de la prison d'Albertslund dans la banlieue de Copenhague, et a  finalement arrêté et "évacué des lieux", a annoncé la police danoise sur Twitter. 

Une évasion qui n'a pas duré longtemps

Sa brève tentative d'évasion, entamée dans la matinée, l'a mené jusqu'à quelques centaines de mètres du centre pénitentiaire où il purge sa peine. D'après la presse locale, Peter Madsen a menacé le personnel pénitentiaire avec un objet ressemblant à un pistolet et pris un otage, une psychologue de la prison, pour faciliter son évasion. L'homme est emprisonné à Herstedvester, un centre qui propose aux détenus des soins psychiatriques.

Selon des témoins cités par les médias, il conduisait une camionnette blanche lorsqu'il a été retrouvé par la police, à moins d'un kilomètre de la prison. Il n'a toutefois pas été immédiatement arrêté : avant son interpellation, il est longtemps resté assis dans l'herbe et adossé à une rangée d'arbres, cerné par deux policiers allongés sur le sol, armes pointées sur lui, peut-on voir sur les images diffusées par les médias. Une prudence qui s'explique par le fait qu'il affirmait avoir une bombe, ont déclaré les policiers.

Il a reconnu sa culpabilité dans l'assassinat de Kim Wall, le mois dernier

Un énième revirement de situation dans cette affaire, qui en a connu de nombreux. Le mois dernier, Madsen a reconnu pour la première fois sa culpabilité dans un documentaire diffusé au Danemark. Un aveu qui, trois ans après les faits, n'a pas fait toute la lumière sur ce crime. Interrogé au téléphone, l'inventeur de 49 ans répond "oui" à la question du journaliste lui demandant s'il a tué Kim Wall, mais ses explications sur les détails du décès restent floues."C'est ma faute si Kim n'est plus là maintenant", reconnaît le quadragénaire dans le documentaire qui avait été condamné en avril 2018 pour meurtre avec préméditation, précédé de violences sexuelles.

Lors du procès, Peter Madsen a d'abord affirmé que Kim Wall avait reçu le panneau de l'écoutille sur la tête, avant de se tuer en chutant au fond du sous-marin, puis il l'a décrite morte asphyxiée par des gaz d'échappement lors d'une dépressurisation de l'habitacle. Enfin, il avait reconnu avoir découpé le corps sans vie de Kim Wall, avant de la jeter dans la mer Baltique, mais maintenait que son décès était accidentel. 

Lire aussi

Le soir du 10 août 2017, la journaliste avait embarqué à bord du Nautilus avec Peter Madsen, le concepteur et propriétaire du submersible. La trentenaire souhaitait dresser le portrait de cet ingénieur autodidacte obsédé par la conquête des mers et de l'espace, très connu dans son pays. Kim Wall avait été portée disparue dans la nuit par son compagnon et son corps avait ensuite été retrouvé en mer, démembré. 

L'autopsie du corps de la jeune journaliste détaillait en outre 14 blessures, dont au moins une infligée alors que la victime était vivante ou à l'agonie, localisées dans et autour de ses parties génitales.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Loi "sécurité globale" : 133.000 manifestants en France selon l'intérieur, 500.000 selon les organisateurs

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

Combien de convives autour de la table pour Noël et le jour de l'An ?

Covid-19 : premier décès d'un volontaire aux tests pour un vaccin

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Lire et commenter