Dans 57 pays, près d'une femme sur deux est privée du droit à disposer de son corps

Manifestation contre les inégalités de genre en Australie.

DECRYPTAGE - Selon un rapport de l'ONU publié ce mercredi, 45% des femmes de 57 pays "en développement" sont privées des libertés liées à leur corps, tant au niveau du consentement aux relations sexuelles que du recours à la contraception ou de l'accès aux soins de santé.

Des résultats effrayants. Dans un rapport publié ce mercredi et intitulé "Mon corps m'appartient", l'ONU alerte. Dans 57 pays en développement, près d'une femme sur deux (45%) est privée des libertés liées à son corps. Pour arriver à un tel résultat, les chercheurs du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) ont créé un indicateur d'autonomie corporelle des femmes, décliné en trois axes : la capacité à refuser les relations sexuelles, la capacité de décision en matière de contraception et la capacité de décision en matière de santé. Concrètement, le rapport retrace les atteintes aux droits des femmes dans une cinquantaine de pays en développement, notamment en Afrique, du viol à la stérilisation forcée en passant par l'imposition de tests de virginité et de mutilations génitales.

Des chiffres qui devraient "scandaliser"

Ainsi, seules 55% des femmes dans les pays étudiés se disent "autonomes pour les trois composantes de l’indicateur". Cela signifie qu'elles se trouvent pleinement en mesure de faire des choix en matière de santé et de contraception et d’accepter ou de refuser d’avoir un rapport sexuel. "Que près de la moitié des femmes ne puissent toujours pas prendre leurs propres décisions quant à l'opportunité d'avoir des relations sexuelles, d'utiliser la contraception ou de se faire soigner devrait tous nous scandaliser", assène la directrice de l'UNFPA, Natalia Kanem. Lorsque l'on regarde de plus près les chiffres, 91% des femmes interrogées estiment être en mesure de choisir leur contraception, mais seulement 75% d'entre elles estiment avoir la capacité de refuser des relations sexuelles ou de prendre des décisions pour leur santé. 

Les données révèlent que la situation est très hétérogène en fonction des pays. 87% des femmes affirment pouvoir disposer de leur corps en Équateur, 81% aux Philippines et en Ukraine. Ce chiffre tombe à 66, 65 et 61% respectivement en Afrique du Sud, Arménie et Jordanie. C'est au Mali (8%), au Sénégal (7%) et au Niger (7%) que la situation est la plus inquiétante. Seules 19% des femmes sénégalaises se disent en mesure de refuser une relation sexuelle. 

"Des millions de femmes n'ont pas de liberté sur leur corps"

"En résumé, des centaines de millions de femmes et de filles n'ont pas de liberté sur leur propre corps. Leur vie est gouvernée par les autres", note le rapport des Nations Unies. "Ce manque d'autonomie corporelle a des implications massives au-delà des préjudices profonds pour les femmes et les filles" comme sur "la baisse potentielle de la productivité économique, une diminution des compétences et des coûts supplémentaires pour les systèmes de santé et judiciaires", souligne-t-il encore.

Lire aussi

Selon les chercheurs, plusieurs facteurs expliquent ces résultats, de l'éducation au contexte socio-économique en passant par le cercle de relations et la qualité du système de santé. À ce titre, il est important de noter que seuls 71% des pays analysés garantissent l’accès aux soins de maternité de manière générale et 75% disposent de lois assurant un accès équitable et sans restriction à la contraception. Par ailleurs, 56% des États environ sont dotés de lois et de politiques en faveur de l’éducation complète à la sexualité. Pas moins de 20 pays ou territoires ont même établi des lois permettant à un violeur de se marier avec sa victime afin d'échapper à des poursuites judiciaires et 43 n'ont pas de législation sur les viols entre conjoints.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

"Mes choix sont toujours guidés par une seule idée, le bien de l'équipe de France", assure Didier Deschamps

EN DIRECT - Covid-19 : nouvelle forte baisse du nombre de patients hospitalisés en réanimation

Les variants sont-ils créés par les vaccins, comme l'affirme un ancien prix Nobel ?

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : la France dépose une résolution à l'ONU pour un cessez-le-feu

Aveyron : une éleveuse sous le choc après l’attaque de sa jument par des vautours

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.