Plus de 500 millions de dollars déboursés par le Pentagone pour de fausses vidéos djihadistes ?

DirectLCI
FAUSSE PROPAGANDE - Selon un collectif de journalistes, le Pentagone a déboursé plus de 540 millions de dollars pour s’offrir les services de la société de communication Bell Pottinger. Objectif de la manœuvre : mettre au point de fausses vidéos pour tracer les sympathisants d’Al-Qaïda pendant la guerre d’Irak.

Pour éradiquer Al-Qaïda, le Pentagone ne recule devant rien. Et n’hésite pas à lever de grosses sommes. Selon une enquête du collectif Bureau of Investigate Journalism, le ministère de la Défense américain a dépensé plus de 540 millions de dollars entre 2006 et 2011 pour financer une campagne de propagande en Irak. Son objectif ? Réaliser de fausses vidéos afin de démasquer les sympathisants de l’organisation terroriste.   

Agence britannique de communication, Bell Pottinger avait ainsi produit et monté des clips publicitaires et des reportages anti-Al-Qaïda pour le Pentagone, révèle le vidéaste Martin Wells au collectif de journalistes d’investigation. Des vidéos réalisées en basse qualité afin d’apparaître comme "des productions de télévision arabe". Elles étaient ensuite vendues à des chaînes locales pour être diffusées. 

Mais toujours selon Martin Wells, Bell Pottinger a dû ensuite mettre au point de fausses vidéos de propagande siglées Al-Qaïda. Ces dernières étaient encodées de manière à ce que l'armée américaine puisse tracer les utilisateurs ayant ouvert le fichier sur leur ordinateur. Pour les diffuser, les soldats américains étaient invités à les abandonner lors de perquisitions menées en Irak.

L’enquête du "Bureau of Investigate Journalism" ne révèle toutefois pas les résultats de ces traçages. Interrogé par le Sunday Times, l’ancien patron de l’agence de communication Tim Bell a reconnu avoir bien signé "un contrat protégé par des clauses de confidentialité" avec le ministère de la Défense américain. 

Lire aussi

En vidéo

Dans la lutte contre Daech, le chef du Pentagone se rend pour la première fois sur le Charles de Gaulle

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter