De LeBron James à JK Rowling, vague d'indignation après la volte-face de Trump sur les violences à Charlottesville

POLÉMIQUE - Les réactions se sont multipliées, mardi, après les nouvelles déclarations du président. Donald Trump a attribué la responsabilité des violences de Charlottesville aussi bien aux militants d'extrême droite qu'aux contre-manifestants. Des propos qui ont suscité l'indignation.

Après la mort d’Heather Heyer, samedi, à Charlottesville lors d'un rassemblement de suprémacistes blancs, Donald Trump avait été accusé d’indulgence. Il avait en effet attendu lundi avant de dénoncer les "violences racistes". Mais ce mardi, il est revenu sur ses propos en arguant qu'il y a "des torts des deux côtés". 


Depuis, les réactions affluent et l'indignation gagne du terrain. Beaucoup condamnent ces propos et accusent Donald Trump de jouer avec le feu. D'autres réfutent l'idée que les contre-manifestants puissent avoir une responsabilité dans les violences au même titre que l'extrême droite. Les premiers à avoir condamné ces propos ont été les politiques. A l'instar de Paul Ryan, président de la Chambre des représentants, qui a dénoncé une "ambiguïté morale". 

La suprématie blanche est répugnantePaul Ryan

"Nous devons être clairs. La suprématie blanche est répugnante. Cette intolérance est opposée à toutes les valeurs du pays. Il ne peut y avoir aucune ambiguïté morale".

Même son de cloches du côté de Tim Kaine, sénateur démocrate de Virginie et colistier de Hillary Clinton dans l'élection présidentielle de 2016 ou de Mitt Romney, l'ancien rival de Trump pour l'investiture républicaine. Pour eux, seuls les suprémacistes blancs sont en cause dans les violences de samedi à Charlottesville. 


"La violence à Charlottesville a été alimentée par un seul côté : des suprémacistes blancs qui répandent le racisme, l'intolérance et l'intimidation", souligne le sénateur. 

"Non, ce n'est pas la même chose. D'un côté c'est du racisme, des fanatiques, des nazis. De l'autre se sont des opposants au racisme et aux fanatiques. Moralement, ce sont deux univers différents", ajoute pour sa part Mitt Romney

"Accuser 'les deux côtés' après Charlottesville?! Non", a déclaré Ileana Ros-Lehtinen, représentante républicaine de Floride. "Le retour au relativisme lorsqu'on parle du KKK, des sympathisants nazis et des suprémacistes blancs ? Clairement non".


"Il y a un seul côté" qui est responsable des violences, a tweeté le Southern Poverty Law Center, qui surveille les groupes extrémistes américains: "La suprématie blanche est toujours une erreur".

Donald Trump a remis la haine à la mode LeBron James

D'autres ont dénoncé les liens étroits entre Donald Trump et ces groupuscules d'extrême droite. Comme Steven Goldstein, chef du Centre Anne Frank pour le Respect Mutuel, une organisation de défense des droits de l'homme aux Etats-Unis. "Le président Trump est un sympathisant des suprémacistes blancs néonazis", a-t-il affirmé dans un communiqué. 


De son côté, J. K. Rowling, auteure de la saga Harry Potter souligne que désormais les supporteurs de Trump ne pourront plus prétendre qu'ils ne savaient pas. "Une bonne chose après ce discours abominable : il est maintenant impossible qu'un supporteur de Trump puisse prétendre qu'il ne savait pas qui est Trump. "

"La haine a toujours existé en Amérique. On le sait, mais Donald Trump l'a remise à la mode!", a écrit sur Twitter la star du basket-ball LeBron James. Ce basketteur a l'habitude de s'engager politiquement. Durant l'élection américaine, il avait apporté son soutien à Hillary Clinton, l'adversaire de Donald Trump.

"Sans une déclaration préparée, ce président dit ce qu'il pense vraiment : mettre sur le même plan des néonazis et ceux qui protègent les droits civiques est honteux et insensé", a tweeté la chanteuse et actrice Barbra Streisand.

Merci président Trump pour votre honnêteté et votre courageDavid Duke, ancien leader du Ku Klux Klan

Une personne a, en revanche, tenu à saluer ces propos. David Duke, un ancien leader du Ku Klux Klan qui était présent à Charlottesville. "Merci président Trump pour votre honnêteté et votre courage", a-t-il lancé sur Twitter, le remerciant d'avoir "dit la vérité" et dénoncé "les terroristes de gauche".

En vidéo

Charlottesville : qui sont les suprémacistes blancs ?

Les violences de Charlottesville ont causé la mort d'une personne samedi quand un sympathisant néo-nazi a, intentionnellement selon les témoins, percuté avec son véhicule des contre-manifestants.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter