De Michelle Obama à Christiane Taubira, la mobilisation #BringBackOurGirls

De Michelle Obama à Christiane Taubira, la mobilisation #BringBackOurGirls

DirectLCI
1/10 Sur son compte @FLOTUS, la Première dame des Etas-Unis a épinglé ce cliché, pris à la Maison-Blanche, qui a fait la une du New York Post.

Capture d'écran Twitter

2/10 De notre côté de l'Atlantique, le Premier ministre britannique David Cameron a rejoint le mouvement. Ce qui lui vaut d'être critiqué sur le thème : est-ce là le mieux ce qu'il puisse faire ?

Capture d'écran Twitter

3/10 Christiane Taubira aux obsèques de Bernard Verlhac dit "Tignous", le 15 janvier 2015 à la mairie de Montreuil.

MARTIN BUREAU / AFP

4/10 La référence à la "situation de détresse" comme condition d'accès à l'IVG est une disposition "obsolète", a jugé lundi la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem.

AFP

5/10 Du côté de l'opposition (centriste en l'espèce), Yves Jégo a été le premier à manifester son soutien à #BringBackOurGirls.

Capture d'écran Twitter

6/10 Valérie Trierweiler s'est confiée à Bombay, en Inde, en marge de sa visite humanitaire.

AFP

7/10 Sur la scène internationale, une autre voix forte s'est élevée : celle de Malala  Yousafzai, jeune victime d'un attentat des talibans pour avoir revendiqué son droit à aller à l'école.

Capture d'écran Twitter

8/10 Peu habitué à utiliser le hashtag, le Pape a fait une exception pour l'occasion.

Capture d'écran Twitter

9/10David Alaba, arrière gauche du Bayern Munich (22 ans)
10/10 Militante de nombreuses causes, Ellen De Generes ne pouvait pas passer à côté de celle-ci.

Capture d'écran Twitter

Sur le même sujet

Plus d'articles