De nouvelles révélations sur la mort du lion Cecil

DirectLCI
BRACONNAGE - Un chercheur spécialiste des félins a enquêté sur les circonstances de la mort du lion Cecil et affirme que l'animal a été délibérément attiré à l'extérieur des limites de la réserve naturelle, dans le but de contourner les réglements

Il y a trois ans, la mort d’un lion nommé Cecil avait soulevé une vague d’indignation mondiale. Le félin de 13 ans fut abattu par un dentiste américain, amateur de chasse à l’arc, qui l’avait attiré à l’extérieur de la réserve du parc national Hwange, au Zimbabwe, l’avait pisté pendant quarante heures, avant de l’abattre sèchement et de le dépecer. L’animal avait été retrouvé décapité. Walter James Palmer, son bourreau, aurait ainsi déboursé au moins 50.000 dollars (44.000 euros) pour chasser ce lion mâle, sans savoir, assure-t-il, qu’il s’agissait d’un animal protégé équipé d’un collier émetteur par des chercheurs de l’université d’Oxford. 


Trois ans après les faits, le docteur Dr. Andrew Loveridge, spécialiste des félins, apporte de nouvelles révélations sur les dernières heures d’agonie de l’animal, dans un livre intitulé Lion Hearted : The Life and Death of Cecil and the Future of Africa's Iconic Cats (en français, Cœur de lion : la vie et la mort de Cecil et le futur des félins iconiques d'Afrique). 

Cecil a souffert d'une cruauté incroyable pendant au moins 10 heures,Andrew Loveridge, chercheur spécialiste des félins

"Les reportages médias ont rapporté que Cecil avait souffert quarante heures d'agonie, ce qui est inexact et exagéré. Il est peu probable qu'il ait vécu aussi longtemps avec une blessure thoracique aussi grave", écrit le chercheur dans un extrait révélé par National Geographic.  "Cependant, il n'est certainement pas mort sur le coup et a certainement beaucoup souffert : à en juger par les événements décrits par Cornelius et les données envoyées par le collier GPS, le lion blessé a probablement été tué 10 à 12 heures après avoir été blessé, poursuit le chercheur. Cecil a souffert d'une cruauté incroyable pendant au moins 10 heures, grièvement blessé et mourant lentement."


La lente et douloureuse agonie  de l’animal s'expliquerait aussi parce "la flèche avait manqué les organes vitaux ou les artères". A en croire Andrew Loveridge, l'animal n'a sans doute pu parcourir que 350 mètres entre le lieu de sa blessure initiale et le lieu où il a été abattu.  Selon ce spécialiste des félins, le coup de grâce est venu d'une seconde flèche tirée d'un arc à poulie. Surtout, les conclusions du chercheur corroborent également les récits selon lesquels le lion aurait été délibérément attiré à l'extérieur des limites du parc national afin de contourner les règlements.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter