Meurtre de la journaliste Kim Wall : retour sur les rebondissements d'une affaire bien mystérieuse

DirectLCI
CHRONOLOGIE - le 20 août, Kim Wall montait à bord du Nautilus, un sous-marin créé de toutes pièces par Peter Madsen, un inventeur danois. La journaliste décède à bord quelques heures plus tard. Retour sur un fait divers digne d'un polar.

C’est dans la baie de Køge, à une cinquantaine de km au sud de Copenhague, que la macabre découverte a eu lieu vendredi. Des plongeurs ont en effet retrouvé la tête et les jambes de Kim Wall, cette journaliste âgée de 30 ans qui a trouvé la mort en août dernier. Elle était venue interviewer l'inventeur danois Peter Madsen à bord de son sous-marin artisanal. Le point de départ d'une affaire hors-norme.

Jeudi 10 août : Kim Wall monte à bord du Nautilus

Kim Wall, journaliste suédoise de 30 ans, embarque à bord du Nautilus. Son but ? Rencontrer Peter Madsen durant quelques heures, afin d’éventuellement faire son portrait. Il faut dire que cet inventeur danois, passionné par les abysses marins et par l'espace, semble un sujet tout trouvé. Le Nautilus, lui, est un appareil de 18 mètres construit "artisanalement". A 20 h 30, alors que le sous-marin a quitté le port depuis une heure et demie, un homme les aperçoit depuis son bateau de plaisance. "Nous étions à trois mètres du sous-marin (...), ils nous ont fait signe et on a blagué sur le fait que mon bateau était plus puissant que le leur", a raconté Rasmus Ejlers. Ce dernier prend même une photo du sous-marin, où on voit Peter Madsen et son invitée.

Vendredi 11 août : la disparition signalée à la police, le Nautilus au fond de la mer

Vendredi 11 aout : ne voyant pas rentrer Kim Wall, son petit-ami contacte la police. Problème : le sous-marin ne dispose pas de système satellite, donc impossible de savoir où il est. Il faudra attendre le matin, vers 10 heures, que les policiers parviennent enfin à localiser le submersible, dans la baie de Køge. Vers 11 heures, les secours rejoignent le sous-marin… qui est en train de couler. Peter Madsen est récupéré, avant d’être accueilli sur la terre ferme par les médias. Une séquence immortalisée : "Je vais bien, je suis un peu triste parce que le Nautilus a coulé. (…) J'ai essayé de le réparer, mais en trente secondes, le Nautilus a coulé. Je ne pouvais même pas fermer les portes." Aux policiers, il assure avoir déposé Kim Wall la veille vers 22h30 sur la pointe de l'île de Refshaleøen, à Copenhague, là où il l’avait retrouvée. 

Lundi 21 août : Peter Madsen parle, un tronc découvert

En détention depuis le 12 août, Peter Madsen change sa version des faits. Il révèle à la police et au tribunal qu'il y a eu un accident à bord du sous-marin, conduisant à la mort de Kim Wall. L'homme explique ensuite qu'il a jeté la jeune femme à la mer, dans un lieu encore indéterminé dans la baie de Køge. Les autorités déploient alors d'importants moyens pour la retrouver, et envoient plongeurs, navires, avions et hélicoptères dans la zone. Le Nautilus, lui, est renfloué. A bord, les enquêteurs y détectent des traces de sang. Dans la foulée, un cycliste découvre un tronc mutilé, échoué sur une plage

Mercredi 23 août : le tronc "lesté" de Kim Wall

Devant la presse, les enquêteurs révèlent que le tronc appartient bien à Kim Wall et font état des avancées de l’enquête. L'identification du buste a été réalisée à partir d'échantillons d'ADN prélevés dans la masse musculaire ainsi que sur une brosse à cheveux et une brosse à dent appartenant à la journaliste, a indiqué le directeur d'enquête, Jens Møller Jensen. Le tronc de la jeune femme a été lesté d'une pièce en métal, dans le but manifeste qu'elle demeure au fond de l'eau et des "blessures" font penser à "une tentative de s'assurer que l'air et les gaz s'échappent du corps pour qu'il ne remonte pas à la surface", a précisé le policier. Le sang de Kim Wall a par ailleurs été retrouvé en abondance à bord du sous-marin.

Jeudi 24 août : Peter Madsen poursuivi pour "meurtre"

Le parquet danois a annoncé jeudi son intention de demander la requalification en "meurtre" des poursuites engagées contre le suspect Peter Madsen. Ce dernier nie en bloc.

Mardi 5 septembre : Peter Madsen parle à nouveau

Peter Madsen sort de son silence. Devant le tribunal de Copenhague, vêtu d’un treillis, Converse noires et teint blafard, il a réitéré ses explications selon lesquelles Kim Wall était décédée accidentellement. Il a raconté être monté sur le pont après 2 heures de plongée, retenant la porte de l'écoutille d'accès à la tourelle dans laquelle se trouvait Kim Wall. Glissant brutalement, il avait lâché prise et le panneau de 70 kilos était retombé sur la tête de la jeune femme qui avait lourdement chuté. Pris de panique, il aurait alors jeté son corps par-dessus bord. "Dans l'état de choc dans lequel je me trouvais, c'était la meilleure chose à faire", a plaidé M. Madsen, ajoutant qu'il ne l'avait en aucun cas mutilé. Pourquoi ne pas avoir contacté les secours ? "J'ai compris que le monde dans lequel j'avais vécu (...) n'existait plus", a-t-il déclaré.

Mardi 3 octobre : une macabre découverte dans le disque dur de Madsen

Au cours d'une nouvelle audience de détention provisoire à Copenhague, le procureur Jakob Buch-Jepsen a révélé qu'un disque dur retrouvé dans l'atelier du suspect contenait des films "fétichistes" dans lesquelles des femmes "réelles" étaient torturées, décapitées et brûlées. "Ce disque dur ne m'appartient pas", a rétorqué Peter Madsen, laissant entendre que de nombreuses personnes avaient accès à son atelier. "Nous avons eu un stagiaire à résidence", a-t-il fait valoir.

Vendredi 6 octobre : la tête et les jambes retrouvés

Des plongeurs retrouvent la tête et les jambes de Kim Wall dans la baie de Køge Selon la police, un premier sac a été retrouvé contenant les vêtements de la reporter âgée de 30 ans. "Dans le même sac, il y avait un couteau et des tuyaux en plomb pour lester le sac", a expliqué l’inspecteur de police Jens Moller Jensen. Les deux jambes ont ensuite été découvertes ainsi qu'"une tête qui se trouvait également dans un sac, lequel était également lesté de multiples pièces de métal". L'inspecteur Jensen a ajouté que la police poursuivrait ses recherches pour retrouver ses bras.

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter