Depuis 2011, la guerre civile syrienne a causé la mort de 330.000 personnes

HORREUR - D'une violence insoutenable, la guerre en Syrie n'a fait qu'entraîné mort et destruction depuis 6 ans. Selon un nouveau rapport, plusieurs centaines de milliers de personnes ont été victimes de ce terrible conflit.

Depuis 2011, la Syrie connaît la guerre civile la plus terrible de son histoire. Les combats d’une extrême violence entre les soldats de Bachar al-Assad, les rebelles kurdes et l’État Islamique ont causé le déplacement ou l’exil de plus de 5 millions de Syriens mais aussi des centaines de milliers de morts. 


Selon un nouveau rapport de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), plus de 330.000 personnes, dont quelques 100.000 civils, sont mortes depuis le début de la guerre civile. Cela signifie qu’entre 1 ,5% et 2% de la population syrienne est morte depuis 2011.

Près de 100.000 civils ont perdu la vie

"L'Observatoire a pu documenter la mort de 331.765 personnes sur le territoire syrien, dont 99.617 civils, sur la période allant du 15 mars 2011 au 15 juillet 2017", a déclaré à l'AFP son directeur Rami Abdel Rahmane. Parmi les civils tués figurent "18.243 enfants et 11.427 femmes", a-t-il ajouté.


En mars dernier, l’OSDH dans un rapport annonçait que 320.000 personnes dont 96.000 civils avaient perdu la vie depuis 2011. Les 10.000 morts supplémentaires depuis mars sont très probablement dus aux très violentes batailles d’Alep et de Raqqa.

En vidéo

Raqqa : quel avenir après Daech ?

Selon la même source, 116.774 membres ou soutiens du régime de Bachar al-Assad, dont 61.808 soldats syriens et 1.480 membres du Hezbollah libanais, sont décédés. Par ailleurs, environ 57.000 combattants des factions rebelles et des Forces démocratiques syriennes (FDS) - une alliance arabo-kurde soutenue par Washington - ont aussi été tués. 


Parmi les morts figurent également plus de 58.000 combattants de l'ex-branche d'Al-Qaïda, de l’État Islamique et combattants étrangers d'autres groupes. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L’assaut de Raqqa, "capitale" de Daech

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter