Des chercheurs mettent au jour un massacre datant du Néolithique

International
HISTOIRE – Une étude parue lundi après la découverte en Allemagne d'une fosse commune du Néolithique prouve que les massacres n'étaient pas si rares il y a 7000 ans.

De l'âge de pierre à l'âge de guerre, il n'y a qu'un pas. Des chercheurs allemands ont en effet publié lundi dans les Comptes rendus de l'Académie nationale américaine des sciences (PNAS) une étude sur la découverte d'une fosse commune en Allemagne en 2006. On y avait retrouvé pas moins de 26 squelettes humains, donc ceux de 10 jeunes enfants.

Et pour les préhistoriens menés par Christian Meyer, pas de doute possible, ces 26 restes humains sont les témoins d'un massacre qui s'est tenu il y a 7000 ans à Schöneck-Kilianstädten, près de Francfort. La dispositions des restes des ossements révèle que les victimes n'ont pas eu de sépulture avec les rites funéraires habituels de ces peuples d'Europe centrale du début du Néolithique, soulignent les chercheurs.

Des jambes brisées

D'autre part, comme observé dans deux autres sites connus de tueries de la même époque – à Talheimen en Allemagne et à Asparn/Schletzde en Autriche –, la plupart des crânes ont été fracassés sous des coups violents. La présence de pointes de flèche suggère également des blessures avec ces projectiles. Mais ce qui fait l'originalité de Schöneck-Kilianstädten, c'est que certaines victimes ont eu les os de la partie inférieure des jambe brisés, indiquant qu'elles ont été torturées ou mutilées après leur mort.

Les assaillants s'en prenaient surtout aux jeunes enfants, aux hommes adultes et aux femmes plus âgées. Aucun ossement de jeune femme ou de fille n'a été retrouvé dans ces tombes, laissant penser qu'elles ont été kidnappées par les agresseurs. Pour les préhistoriens, ces populations ont connu une forte expansion à cette époque, ce qui a pu provoquer des conflits chez ces agriculteurs-éleveurs pour le partage des ressources devenues plus rares.

LIRE AUSSI
>> A Paris, sous le Monoprix, on a retrouvé 200 squelettes
>>  6000 ans après, les squelettes d'un couple retrouvés enlacés

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter