Des fans de K-pop affirment avoir parasité le meeting de Donald Trump avec TikTok

Des fans de K-pop affirment avoir parasité le meeting de Donald Trump avec TikTok
International

OK BOOMERS - Des fans de K-Pop affirment avoir court-circuité via l'application TikTok le meeting de Donald Trump à Tulsa en réservant des places sans s'y rendre.

Le meeting de Donald Trump à Tulsa a-t-il été victime d'une campagne d'adolescents militants ? C'est la question qui se pose au lendemain de ce qui devait se révéler un véritable retour en force pour l'actuel président des Etats-Unis et qui s'est soldé par un petit échec.

Le coronavirus a beau avoir contaminé plus de 2,25 millions aux Etats-Unis, Trump a défié la maladie en organisant samedi 20 juin, dans une salle fermée, son premier meeting post-confinement. Et ce, alors que l'Oklahoma, l'Etat où se déroulait le meeting, observait un doublement du nombre de cas quotidiens, et que six organisateurs de l'événement avaient été testés positifs au Covid-19. 

Lundi 15 juin, Donald Trump avait assuré dans un tweet, avec sa grandiloquence coutumière, que "près d'un million" de personnes avaient réclamé des billets pour ce rendez-vous.

Mais la salle qui devait consacrer ce retour en fanfare n'était pas pleine, loin s'en faut. Et les nombreuses rangées de sièges vides n'ont pas contribué à donner l'image d'un candidat ayant su trouver un deuxième souffle. 

Des centaines de places réservées par des fans de K-Pop... pour ne pas s'y rendre

Aussi, comment expliquer une telle débâcle ? Selon les médias américains, ce sont des fans de K-Pop qui pourraient bien avoir torpillé le meeting tant attendu. Mobilisés depuis le début de la protestation aux Etats-Unis contre les violences policières, les adolescents accro à l'application TikTok se sont donnés la main (et le message) pour faire barrage à l'actuel président, les différents comptes encourageant leurs abonnés à s'inscrire au meeting sans s'y présenter, pour empêcher des partisans de Trump de s'y rendre. 

Lire aussi

De fait, des centaines de places du BOK Center ont été réservées en vain, dans un stade pouvant contenir jusqu'à 19.000 personnes, loin des espérances présidentielles.

Malins, les fans de K-Pop ont supprimé leurs posts 24 heures après afin que la campagne Trump ne découvre pas le pot aux roses. Une version corroborée par des parents d'ados fans de K-Pop à l'instar de ce père de famille affirmant sur Twitter que sa fille adolescente "qui a des comptes Snapchat et TikTok" lui a demandé : 'Donc ça a marché ?'

Conséquence inéluctable : au lendemain du meeting, le directeur de campagne de Donald Trump, Brad Parscale, a reconnu que les chiffres étaient en-deçà des espérances, désignant comme responsables les "manifestants radicaux" et "une semaine de couverture médiatique apocalyptique". 

Un constat moqué par l'élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez : "En réalité, des adolescents sur Tik Tok se sont joués de vous en inondant la campagne de Trump de fausses réservations de tickets pour vous faire croire qu'un million de gens voulait voir votre suprémaciste blanc et vous forcer à réserver un stade pendant le COVID."

"Les adolescents d'Amérique ont porté un coup à Donald Trump. Partout en Amérique, des adolescents ont commandé des billets pour cet événement. Et les imbéciles de l'équipe de campagne se sont vantés d'un million de ticket", ajoute Steve Schmidt, stratège politique républicain ayant participé aux campagnes de George W. Bush et John McCain, et profondément anti-Trump.

Toute l'info sur

La présidence Donald Trump

Un échec potentiellement humiliant donc pour celui qui espérait donner un nouveau souffle à sa campagne avec son meeting, lui qui se révèle par ailleurs menacé par la parution imminente d'un ouvrage au vitriol rédigé par son ancien conseiller John Bolton

Dans un discours décousu de près de deux heures, Donald Trump s'est posé en défenseur de "la loi et l'ordre", a revendiqué avoir demandé à diminuer le nombre de tests pour diminuer les chiffres du coronavirus (sur le ton de la blague, assureront plus tard ses communicants), et a naturellement appelé les Américains à se rendre aux urnes le 3 novembre pour lui assurer un deuxième mandat de quatre ans. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent