Des Français peut-être tués par les frappes françaises en Syrie

International

GUERRE - Des djihadistes français, six selon une ONG locale, ont pu être tués par les frappes françaises en Syrie, a admis ce lundi une source gouvernementale française. Le ministère de la Défense refuse pour l'heure de le confirmer.

Les bombes ne connaissent pas les nationalités. Des djihadistes français engagés auprès de l'organisation terroriste Daech ont peut-être été tués par les frappes françaises en Syrie, a admis ce lundi une source gouvernementale française.

"Les frappes françaises ont tué des djihadistes. Il pourrait y avoir des djihadistes français", a déclaré cette source en marge d'une visite du Premier ministre Manuel Valls à Amman. "Le chiffre de six a été annoncé probablement par une ONG syrienne. A cette heure, nous ne pouvons rien confirmer", a-t-elle néanmoins précisé.

La Défense ne confirme pas

"Dans la nuit de jeudi à vendredi, la France a bombardé un camp d'entraînement djihadiste de Daech. Nous savons que ce camp visait à former des combattants destinés à venir s'attaquer à l'Europe et à la France. Parmi eux pouvaient se trouver des Français ou francophones. A ce stade, nous ne pouvons confirmer aucun élément précis relatif à ce bombardement", a précisé de son côté le ministère de la Défense.

François Hollande avait ouvert la voie à des frappes françaises en Syrie contre le groupe Daech le 7 septembre, tout en excluant une intervention terrestre. "La France a frappé en Syrie", avait indiqué l'Elysée le 27 dans un communiqué. Les bombes avaient alors touché un camp d'entraînement de Daech à Deir Ezzor, dans l'est du pays, avait précisé le président de la République, prévenant que "d'autres frappes pourront avoir lieu si nécessaire".

EN SAVOIR +
>> Frappes en Syrie : Hollande annonce la destruction d'un camp de Daech
>> Intervention française en Syrie : qui est pour, qui est contre ? >> Syrie : une majorité de Français pour une intervention au sol

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter