Des photos (voire des peintures) utilisées pour illustrer les (vrais) feux de forêt en Sibérie, ou quand l’esthétisme prime sur la vérité

International

Toute L'info sur

À la loupe

A LA LOUPE - Depuis des semaines, des incendies font rage en Sibérie. De nombreux internautes se sont émus de la situation en Russie, notamment en publiant d'impressionnantes photos. La plupart de ces images n'ont pourtant pas été prises en Russie, il s'agit d'incendies antérieurs sur d'autres continents, parfois même de créations artistiques.

De gigantesques feux de forêt ravagent les régions de Iakoutie, Krasnoïarsk et Irkoutsk, en Sibérie. Si la région connait chaque été des épisodes de feux de forêt, cette année est particulièrement exceptionnelle. Greenpeace estime que 13,1 millions d'hectares sont partis en fumée depuis le début de l'année, soit une superficie de la taille de la Grèce. Les autorités russes se montrent moins alarmistes en annonçant en ce début de semaine un peu moins de 3 millions d'hectares concernés. En cause :  des orages secs et une chaleur "anormale" de 30 °C dans cette région du nord-est de la Russie, a expliqué l'agence fédérale des forêts.


Sur les réseaux sociaux, de nombreuses photos circulent. Un internaute, Simon, a ainsi posté une quinzaine de clichés, indiquant en commentaire "En Sibérie aujourd'hui". Son post a été partagé plus de 3600 fois depuis ce week-end. Comme lui, ils sont nombreux à dénoncer la situation, à alerter sur les conditions des habitants de la région qui suffoquent dans des nuages de fumée ou celle d'animaux brûlés vifs, en diffusant des images chocs et esthétiques. 

Si ces faits sont véridiques, les photographies ne correspondent souvent aucunement aux incendies en Russie et jamais n'est-il fait mention de "photos d'illustration". 

Après avoir reçu de nombreuses critiques, Simon s'est justifié en expliquant que ces images restaient "informatives", qu'un animal qui flambe est un animal qui flambe". Ils estiment que ces détracteurs se dédouanent de toute action pour le climat. Mais en détournant des images - alors même que de nombreuses photos des incendies de Sibérie ont été prises - ils donnent du grain à moudre à ses détracteurs. Retour sur 10 illustrations erronées.

Cette photo spectaculaire est en réalité un photomontage de l'Allemand Jonny Lindner, qui se définit lui-même comme un "artiste digital". Elle a été créée en juillet 2016. Nous la retrouvons sur sa page Instagram ou sur cette base de données pour fonds d'écran. L'image a refait surface cette année, lorsque la compagnie belge Still Life l'a choisie pour illustrer sa nouvelle création, "No one".

Des élans pris au piège par l'incendie. Là encore l'esthétisme renforce l'impact de l'image mais il s'agit en réalité... d'une peinture. Le tableau, nommé "Legacy" (héritage en français, ndlr) a remporté en 2001 le premier prix de Arts for the parks, l'académie des arts des parcs nationaux américains. On la retrouve sur le site du peintre, Jim Tschetter. Depuis, de nombreuses reproductions ont été réalisées, elles sont disponibles à la vente, par exemple auprès de la gallery4collectors. Comptez tout de même 260 dollars. On en retrouve également sous forme de fond d'écran.

Cette image de lièvre calciné est, elle, véridique. Elle date cependant de novembre 2018 et a été prise lors d'un incendie à Woosley, en Californie (Etats-Unis). Le photographe, s'est retrouvé nez à nez avec cet animal qui n'a pu trouver un refuge à temps. Elle apparaît dans la banque de données d'images de l'agence Alamy.


Sensationnelle, la photographie a déjà été réutilisée par certains internautes pour illustrer des incendies à Bandipur, en Inde, en février dernier. Des médias avaient alerté, à l'époque, sur une utilisation erronée d'images. Hoax Slayer indique d'ailleurs que cette espèce de lapin n'existe pas dans cette région de l'Inde.

Cette photo apparaît déjà en 2013, sur un site internet turc. Elle illustre un incendie survenu dans "le district de Kumluca, situé entre les villages d'Ortaköy et de Karacaören" qui a détruit 170 hectares de forêt. Si nous ne pouvons pas authentifier son origine, il est en tout cas établi que cette image a au moins 6 ans. On la retrouve par ailleurs dans un article turc de 2016, pour illustrer des incendies dans le pays.

Image là encore insoutenable : des dizaines de moutons calcinés sont entassés dans une forêt. 500 bêtes ont bien péri, brûlés par le feu, mais cette tragédie s'est déroulée en Espagne, près de La Junquera à la frontière française, en juillet 2012. Le quotidien britannique avait sélectionné cette photo de l'AFP dans le cadre d'un portfolio sur cette incendie majeur.

Cette biche échappe miraculeusement au feu dans le parc national américain d'Angeles près de Los Angeles en Californie en août 2009. On retrouve ce cliché du photographe Jae C. Hong, dans la base de données de l'agence AP.

Cette photo a fait le tour du monde ces dernières années. Elle appartient au service des parcs nationaux américains et a été réalisée par le photographe Mike Lewelling lors d'un incendie au parc Yellowstone (Wyoming), en 2016.


Depuis, on la retrouve régulièrement pour illustrer des feux de forêt : ici sur le site Peakstoplain dans un article sur les feux de forêt aux Etats-Unis, là, sur celui de Rendez-vous Nature pour illustrer des feux de forêt à Alberta, au Canada ou encore plus récemment sur le site de The Moscow Times en tête d'un article sur les incendies en Sibérie. Pas si étonnant qu'autant d'internautes se soient trompés.

Des braises qui s'envolent dans les airs, tels des lucioles, tandis que les arbres en feu se reflètent dans l'eau. Où sommes nous ? Au Canada, et plus précisément au Fort McMurray à Alberta. La photo de Jeff Head, disponible sur Flickr a été reprise dans cet article sur l'incendie qui a ravagé la région en janvier 2016.

Nous voilà (enfin) en Russie. Le photographe Artyom Korotayev a immortalisé un incendie spectaculaire survenu le 4 août 2010 à proximité du village de Dolginino, à l'ouest de Moscou et a notamment été publié sur le site du National Geographic cette même année.

Cette photo a été prise par Vitaly Grekov en août 2015. Une partie du parc national Pribaïkalski, aux abords du lac Baïkal, était alors partie en fumée, comme l'explique cet article russe de l'époque. On y retouve cette même image en tête de papier.

Ces images détournées de leur contexte rappellent un autre cas. Au début de l'année, les internautes s'étaient amusés à se lancer un défi : comparer des photos d'un même lieu à 10 ans d'intervalle, une manière de montrer par l'image les effets du temps qui passe. Ce #10yearschallenge a largement contribué à montrer les conséquences du réchauffement climatique, mais certains internautes ont choisi de s'écarter des règles pour renforcer leur propos.


Un tweet très populaire et toujours visible aujourd'hui montre une photo de banquise présentée comme datant de 2008, à côté d'une autre datée de 2018. La glace y a alors presque entièrement fondu. Ces photos n'ont en réalité pas été prises au même endroit et la première date de 2016, comme l'expliquent nos confrères de France 24. L'auteur du tweet a ensuite expliqué son geste en indiquant que l'idée prévalait sur l'image et qu'il souhaitait agir pour l'environnement. Les climatosceptiques, de leur côté, s'en sont donnés à coeur joie.

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter