Des proches d’al-Assad recrutés par les Nations Unies pour des opérations humanitaires en Syrie

International

Toute L'info sur

Le drame d'Alep

PARADOXE – "The Guardian" révèle que des proches de Bachar al-Assad et de ses ministres ont été recrutés par les Nations Unies pour ses organisations humanitaires déployées en Syrie.

La guerre n’en est plus à un paradoxe près. Le journal britannique The Guardian vient de révéler la présence de proches et de membres de la famille du dirigeant syrien Bachar al-Assad et de ses ministres parmi le personnel de certaines des organisations humanitaires liées aux Nations Unies et opérant en Syrie. Selon des registres du personnel que le quotidien s’est procurés, plusieurs agences basées à Damas sont concernées, dont l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

"Un membre de la famille d'un officiel syrien" dans chaque agence de l'ONU

Selon un ancien dirigeant des Nations Unies, chaque agence de l’organisation emploie au moins "une personne qui est un membre de la famille d’un officiel syrien". Un porte-parole de l’ONU se défend en expliquant que les "connections familiales ne sont pas prises en compte" au moment du recrutement et que l’organisation ne pose pas de questions à ses futurs employés à propos de leurs appartenances politiques. Selon lui, la présence de proches de Bachar al-Assad n’est pas une menace pour le travail de l’ONU et ses équipes se doivent de refléter le "tissu social syrien".

Le groupe de sensibilisation indépendant Syria campaign a lui réagi en trouvant "absolument scandaleux qu’une agence (de l’ONU) dédiée au soutien des réfugiés emploie des membres du cercle fermé des proches d’al-Assad". 

Lire aussi

    Il ne reste que 7 médecins capables d'opérer dans la zone rebelle d'Alep

    Selon les documents obtenus par The Guardian, seulement deux tiers des besoins en aide d’urgence ont pu être délivrés dans les zones contrôlées par les troupes gouvernementales. Soit 64% des kits de soins et des médicaments fourni par l’OMS. Concernant les zones tenues par les opposants au régime et assiégées par les forces d’al-Assad, seuls 13% des fournitures ont pu être livrées. Le régime syrien contraint par ailleurs l’ONU à travailler uniquement en relation avec des partenaires approuvés par Damas. 

    La Direction de la santé de la partie est d'Alep a indiqué qu’il n’y avait plus que sept docteurs capables de pratiquer la chirurgie dans ce secteur tenu par les rebelles. Depuis les cinq années du conflit syrien, plus de 400.000 personnes auraient trouvé la mort.

    Lire aussi

      En vidéo

      JT 20H - Ecole bombardée en Syrie : les occidentaux accusent la coalition russo-syrienne

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter