Tout comprendre au scandale sexuel qui secoue l'ONG Oxfam

Tout comprendre au scandale sexuel qui secoue l'ONG Oxfam

International
DirectLCI
ABUS - Des employés de l’organisation humanitaire sont accusés par le "Times" d'avoir engagé de jeunes prostituées en Haïti au cours d’une mission consécutive au séisme de 2010. Pétrie de "honte", la directrice du groupe a déposé sa démission lundi 12 février. Face à l'onde de choc, l'un de ses ambassadeurs, le prix Nobel de la paix Desmond Tutu, a également annoncé son départ.

Suite à la révélation de cette affaire, elle a exprimé sa "tristesse" et sa "honte". Lundi 12 février, la directrice générale adjointe de l’ONG Oxfam, Penny Lawrence, a annoncé sa démission après que des employés missionnés au Tchad et en Haïti ont engagé  des prostituées en 2011, peu après le séisme dévastateur. Trois jours plus tard, c'est l'ancien archevêque sud-africain Desmond Tutu, prix Nobel de la paix pour son combat pour l'égalité entre noirs et blancs dans son pays, qui annonçait - comme le chanteur sénégalais Baaba Maal - renoncer à son rôle d'ambassadeur pour l'ONG, se disant "profondément déçu par les accusations d'immoralité et de possible comportement criminel impliquant des travailleurs humanitaires".


Cette affaire, révélée par le quotidien britannique The Times reprochait ce vendredi à Oxfam (une confédération d'organisations humanitaires basée en Grande-Bretagne) de justement vouloir l'étouffer. LCI fait le point sur ce scandale sexuel qui pourrait même concerner d'autres ONG.

Les sordides révélations du Times

Selon le journal britannique, qui cite une source évoquant des scènes "d’orgies romaines" dans des logements et hôtels payés par l’ONG, les prostituées arboraient des tee-shirts aux couleurs de l’organisation. Toujours selon le quotidien, l’organisation aurait ensuite mené une enquête interne en 2011, mettant au jour "une culture d’impunité" parmi les employés. Ce rapport concluait également que des mineurs avaient pu avoir été "sexuellement exploités par les travailleurs humanitaires".


Les faits remonteraient à 2010, lorsque l'île caribéenne avait été frappée par un tremblement de terre faisant plus de 200.000 morts. Cette année-là, l’époque, Oxfam avait envoyé plus de 200 personnes sur place pour aider la population locale.

Quelle discours d'Oxfam face à de telles accusations ?

Pour sa part, l'organisation reconnaît avoir détecté des comportements inappropriés "du directeur pays officiant au Tchad et de son équipe". Comportements qui avaient été signalés avant que ces humanitaires ne se rendent en Haïti". "Nous n'y avons pas répondu de manière adéquate", reconnait aujourd'hui Penny Lawrence (désormais ex-directrice du groupe). Oxfam souligne en outre avoir lancé une enquête interne en 2011. "Quatre employés ont été licenciés et trois autres ont démissionné avant la fin de cette enquête", a assuré l'ONG.


Mais le Times dévoile d'autres éléments embarrassants, expliquant notamment que l’organisation n’avait pas prévenu les autres ONG des employés impliqués dans cette affaire d'abus sexuels. Ces derniers ont même pu se rendre dans de nouvelles zones de catastrophes naturelles au contact des populations fragiles. Ainsi, l’un de ces hommes est devenu chef de mission pour Action contre la faim au Bangladesh de 2012 à 2014.

Une affaire qui passe mal aux yeux du gouvernement britannique. En effet, 10 Downing Street a qualifié ces révélations de "vraiment choquantes" et a demandé "une enquête complète et urgente" sur ces allégations très préoccupantes. "Nous voulons qu’Oxfam fournisse toutes les preuves qu’ils ont des événements à la Commission caritative, l’institution britannique qui contrôle les organisations humanitaires", a détaillé un porte-parole de la Première ministre Theresa May.


Ce dimanche, le journal The Observer a précisé également que des faits de la même nature se sont produits lors d’une mission au Tchad en 2006, concernant une équipe dirigée par l’une des personnes impliquées. Quant au Times, il soutient que quelque 120 employés des principales organisations humanitaires britanniques auraient été accusés d’abus sexuels l’année dernière. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter