Destitution de Trump : que va-t-il se passer après la fin des auditions à la Chambre des représentants ?

JT 20H - La première étape d'une procédure de destitution contre Donald Trump a été enclenchée aux États-Unis. Mais que reproche-t-on au président américain ?
International

Toute L'info sur

La procédure de destitution contre Donald Trump

ETATS-UNIS - La deuxième phase de la procédure de destitution de Donald Trump, les auditions, à huis-clos et en public, viennent de s'achever. Quelles sont les prochaines étapes ?

Une nouvelle phase de la procédure en vue de destituer Donald Trump vient de se terminer. Après 27 auditions, dont la majorité à huis-clos, la Chambre des représentants a rempli la première partie de sa mission. Alors que chacun, dans le camp démocrate, majoritaire dans cette assemblée, s'accorde à dire que Donald Trump a commis quelque chose de "pire que le Watergate" (le scandale d'espionnage qui avait abouti à la démission de Richard Nixon avant sa destitution, ndlr). Que nous réserve la suite ?

Voir aussi

Restitution des auditions

S'il n'y a pas de calendrier précis, la prochaine étape est claire. C'est la rédaction d'un rapport restituant les 27 auditions qui se sont tenues devant les commissions en charge de cette enquête. Charge à la commission du Renseignement de rédiger ces conclusions. Si les dates ne sont pas claires, c'est aussi parce qu'un certain nombre de témoins clé, qui avaient besoin de l'autorisation de la Maison Blanche pour témoigner, n'y ont pas été autorisés. La présidente de la Chambre, la démocrate Nancy Pelosi, a annoncé qu'elle ne se lancerait pas dans de longues batailles pour forcer ces témoins à venir. En effet, le temps presse, avec 2020 en point de mire et la campagne présidentielle.

Rédaction des chefs d'accusation

Ces conclusions écrites, la commission des Affaires judiciaires de la Chambre devra ensuite dire de quels articles de mise en accusation elle compte se servir contre le président Trump. La Constitution prévoit qu'un président peut être destitué en cas de "trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs". Pour mémoire, Donald Trump est accusé d'avoir conditionné l'aide militaire normalement versée à l'Ukraine à l'ouverture d'une enquête visant la famille de Joe Biden, candidat à la candidature démocrate pour 2020. Le fils de ce dernier, Hunter, est soupçonné par les républicains de tremper dans un scandale de corruption au sein de la société gazière Burisma, dont il était membre du conseil d'administration

Ce faisant, les démocrates assurent que Trump avait commis un acte de "corruption" et un "abus de pouvoir". Par ailleurs, ils assurent qu'en refusant de coopérer avec l'enquête de la Chambre, il a empêché le fonctionnement du Congrès. Un chef d'accusation utilisé en son temps contre Richard Nixon, rappelle l'AFP. Pour ce faire, la commission pourrait auditionner de nouveaux témoins, dont le président. Ce dernier pourra être représenté par son avocat.

Voir aussi

Vote de la Chambre

Ces nouvelles auditions terminées, les chefs d'accusation seront transmis à la Chambre des représentants pour approbation ou rejet. C'est là qu'on parle d'"impeachment". Les démocrates détenant 233 des 435 sièges de la Chambre, cette mise en accusation passera donc à coup sûr. Une nouvelle étape qui devrait arriver avant la fin de l'année. Il sera alors temps d'organiser le procès de Donald Trump.

Voir aussi

Procès au Sénat

La mission de la Chambre terminée, c'est au tour du Sénat de se saisir du dossier. Sous la supervision du président de la Cour suprême, le Sénat, à majorité républicaine, doit organiser le procès du président. L'assemblée devra s'exprimer sur chaque article. Une majorité de deux tiers sera nécessaire pour condamner le président. Si un tel score est atteint, le président devra partir. Sinon, il est acquitté. Une issue des plus probables, le camp républicain faisant bloc derrière son leader, candidat à sa réélection.

L'AFP relève par ailleurs que ce procès pourrait être brouillé par le premier vote des primaires démocrates pour la présidentielle, le 3 février, dans l'Iowa. Primaire à laquelle participent... six sénateurs démocrates, qui pourraient alors être empêchés de voter. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter