Dette grecque : réunion d'urgence à la BCE pour éviter une panique bancaire

Dette grecque : réunion d'urgence à la BCE pour éviter une panique bancaire

DirectLCI
MENACE – A trois jours d'un sommet exceptionnel des chefs d'Etat et de gouvernement des pays de la zone euro consacré à la Grèce, la BCE doit tenir une réunion d'urgence à Francfort pour discuter d'un accroissement du financement des banques grecques.

L'Europe remet le couvert : cette fois-ci, c'est la Banque centrale européenne (BCE) qui convoque une conférence téléphonique, ce vendredi midi, pour discuter de l'augmentation des liquidités d'urgence pour les banques grecques. Cette conférence interviendrait au lendemain d'une réunion de l'Eurogroupe qui n'a pas débouché sur un accord permettant le déblocage de fonds pour le pays.

Les banques menacées de ne pas rouvrir

Selon Reuters, la BCE n'est "pas sûre" que les banques grecques puissent rouvrir lundi. La raison ? Face à l'enlisement de la crise, les Grecs auraient retiré 3 milliards d'euros de leurs comptes depuis le début de la semaine, un record. La rapidité de ces retraits devient désormais si inquiétante que les banques grecques pourraient rapidement arriver au bout de leurs possibilités.

Mercredi, la BCE avait déjà relevé de 1,1 milliard d'euros le plafond des liquidités d'urgence (ELA) que les banques grecques peuvent retirer auprès de leur banque centrale, ce qui a porté ce plafond à 84,1 milliards d'euros.

De fortes sorties de capitaux

Depuis des mois, Athènes mène de rudes négociations avec ses créanciers, l’Union européenne, le Fonds monétaire international et la Banque centrale européenne, pour le déblocage d’une nouvelle aide financière en échange d’une poursuite des réformes structurelles dans le pays. Après un nouvel échec des discussions jeudi soir, un sommet exceptionnel des chefs d’Etat et de gouvernement des 19 pays de la zone euro consacré à la Grèce sera organisé lundi soir à Bruxelles, a annoncé le président du Conseil européen, Donald Tusk.

Le président français François Hollande a appelé vendredi à "tout faire" pour parvenir à un "compromis" sur la dette grecque d'ici au sommet extraordinaire de la zone euro qui se réunira lundi à Bruxelles. Faute d’accord d’ici à la fin juin, la Grèce pourrait être dans l’incapacité de rembourser au FMI quelque 1,5 milliard d’euros de prêts arrivant à échéance et pourrait alors être en défaut de paiement.

Un accord pour la construction d'un gazoduc russe

En attendant que les négociations reprennent, le ministre grec de l'Energie, Panagiotis Lafazanis, et son homologue russe, Alexandre Novak, ont en parallèle signé vendredi un accord pour la construction d'un gazoduc russe en Grèce avec financement russe, a indiqué à l'AFP le ministère russe de l'Energie. Le document, au stade encore du protocole d'entente, prévoit la création d'une coentreprise détenue à parts égales grecques et russes et chargée de la construction de ce gazoduc entre 2016 et 2019, selon M. Novak.

A LIRE AUSSI >> Grèce : ce que le nouveau gouvernement révèle de Syriza

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter