Deux condamnés à mort exécutés dans l'Arkansas, une première aux États-Unis depuis 17 ans

International
DirectLCI
PEINE DE MORT - L'Arkansas a procédé à une double exécution lundi soir, une première aux États-Unis depuis 17 ans. Les deux hommes font partie d'un plan de condamnations à mort express motivé par la péremption imminente de l'un des produits utilisés pour l'injection létale... Les avocats de l'un des détenus ont déjà porté plainte pour le mauvais déroulement de son exécution.

Deux condamnés à mort ont été exécutés lundi soir dans l'Arkansas, a annoncé la procureure générale de cet État du sud du pays. Celui-ci devient ainsi le premier à ôter la vie le même jour à plus d'un prisonnier en 17 ans. Marcel Williams, 46 ans, a été déclaré mort à 5h33 heure française. Soit seulement trois heures après l'exécution d'un autre homme, Jack Jones, 52 ans.


Juste après la mort du second condamné, les avocats de Marcel WIlliams ont lancé un ultime appel en justice, au sujet du mauvais déroulement de la première exécution. Selon eux, les agents pénitentiaires ont d'abord raté la pose d'un cathéter au niveau du coup de Jones. Un échec qui les a obligés à se rabattre sur deux voies veineuses sur les bras du détenu. Mais six à sept minutes après l'injection du premier produit censé faire perdre connnaissance au prisonnier, celui-ci  "remuait ses lèvres et luttait pour respirer", ont-ils écrit dans leur recours, rapporte l'AFP. L'État, lui, dénonce des affirmations "complètement infondées".

Des méthodes controversées

La semaine dernière, l'Arkansas avait procédé à sa première exécution en douze ans. Ces prisonniers font partie des huit condamnés à mort que l'Arkansas avait initialement prévu de tuer sur onze jour ce mois d'avril. La décision avait été motivée par la péremption imminente des stocks de sédatifs, utilisés dans le cadre du protocole de mise à mort en vigueur. Mais ce programme a suscité une vague d'indignation internationale, et notamment celle de l'Union européenne, 

Amnesty International ou encore Human Rights Watch, conduisant à la suspension de quatre exécutions. Une dernière exécution est cependant programmée le 27 avril.

Condamnés pour meurtres et viols

Marcel Williams avait été condamné en 1997 pour l'enlèvement, le viol et le meurtre de Stacy Errickson, 22 ans et mère de famille. Le verdict prenait également en compte l'enlèvement et le viol d'autres femmes. Jack Jones a été reconnu coupable pour le viol et l'assassinat de Mary Philips en 1995 et pour la tentative de meurtre de sa fille de 11 ans. Les deux hommes ont chacun reçu une injection létale, a précisé dans un communiqué Leslie Rutledge, après que plusieurs tribunaux ont rejeté leurs ultimes recours judiciaires. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter