Les autorités françaises doutent du projet d'attentat à Metz par deux Marocains

International
TERRORISME - Selon un journal local, deux Marocains ont été extradés de France vers le Maroc car il s'apprêtaient à commettre des attentats à Metz. Une information non confirmée par les autorités françaises.

L'information est venue du journal marocain Assabah. Deux Marocains auraient été expulsés du territoire français vers le Maroc, le 26 août dernier, alors qu'ils s'apprêtaient à commettre des attentats à Metz, dans des lieux publics, boîtes de nuit et restaurants. Selon les autorités marocaines, ils voulaient commettre des "attentats d'envergure" dans les deux pays au nom de Daech. Selon les autorités françaises, en revanche, la prudence doit être de mise vis-à-vis de cette information.

"Il n'y a pas de quoi affoler la population messine", avance une source policière à France Bleu Lorraine. Le parquet anti-terroriste de Paris  a même démenti les propos du ministre de l'intérieur marocain, qui affirmait la planification d'attentats en France par les deux étudiants.

Le parquet anti-terroriste a interrogé les deux hommes

Selon le quotidien privé marocain, les deux individus préparaient des attaques à l'arme à feu, sur le même mode opératoire ques les attentats de Paris, le 13 novembre 2015, mais aussi des attaques à la voiture-bélier, comme à Nice le 14 juillet,  "avec pour objectif de faire le plus grand nombre de victimes", explique le journal. Leurs cibles étaient déjà fixées :  la place de la République, un grand restaurant du centre-ville, ainsi qu'une boîte de nuit fréquentée par des homosexuels, ce qui n'est pas sans rappeler aussi l'attentat d'Orlando du mois de juin.


 Ces deux ressortissants marocains ont été expulsés du territoire français vers leur pays d'origine en raison de la "menace grave" qu'ils représentaient pour "l'ordre public", avaient annoncé les autorités françaises. Cependant, ils ont été expulsés sur "demande des autorités marocaines".  Le parquet anti-terroriste de Paris a précisé les avoir longuement interrogé avant qu'ils ne soient renvoyés.


Les deux Marocains, identifiés par le quotidien comme étant R. D. et A. S., comptaient agir "la dernière semaine des vacances d'été". Daech leur avait promis de leur fournir les moyens nécessaires pour commettre ces attentats.

En vidéo

Alerte à Bruxelles : "Le Maroc a probablement des renseignements pertinents pour les autorités belges"

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter