Deuxième vague en Allemagne, Chine, Corée du sud : ces villes ou régions reconfinées

Un membre de l'équipe sanitaire diffuse du désinfectant sur les murs de la ville
International

RECONFINEMENT - Pendant que la majorité de l'Europe se déconfine, certains pays ont dû faire marche arrière et prononcer des confinements locaux face à une recrudescence de contaminations.

Le monde semblait entrevoir la fin de la pandémie, les mesures de restrictions s'assouplissaient, les frontières rouvraient petit à petit. Mais la deuxième vague de contaminations au Covid-19, déferlant sur tous les continents, a forcé certains pays à déclarer un reconfinement dans certaines villes, voire régions entières. Allemagne, Portugal, Chine... Quelles sont les zones concernées et jusqu'à quand ?

Chine : après des régions entières, Pékin

La Chine est un des premiers pays à avoir reconfiné localement certains de ses cantons, dès la fin du mois de mai, alors que le reste du pays était en train de se déconfiner. Depuis la semaine dernière, les autorités ont procédé au test de plus de 2 millions de personnes pour contenir un nouveau foyer de contamination dans la capitale. Le marché de gros de Xinfadi, principal lieu d’approvisionnement en fruits et légumes de Pékin, est soupçonné d’être la source des nouvelles contaminations avec plus de 220 cas positifs liés à ce cluster. Le rebond épidémique a entraîné le reconfinement de plus de vingt quartiers de Pékin. Tous les établissements scolaires ont été refermés jusqu’à nouvel ordre.

Lire aussi

Inde : la grande ville de Chennai

Après Pékin qui referme certains quartiers, l'État du Tamil Nadu dans le sud de l'Inde, a ordonné lundi 22 juin le reconfinement "complet" de l'agglomération de Chennai, soit 15 millions d'habitants. Les districts de Thiruvallur, Chengalpet et Kanchipuram, zones mitoyennes de la capitale régionale, sont également concernées. Une mesure effective depuis le vendredi 19 juin et jusqu'à la fin du mois minimum, pour face à la progression de l'épidémie, repartie de plus belle dans la région alors qu'au début du mois, l'Inde avait largement assoupli les restrictions mises en place pour lutter contre le virus.

Allemagne : Gütersloh et Warendorf

Depuis le mardi 23 juin, chez nos voisins allemands, deux cantons voisins de l'ouest du pays, celui de Gütersloh et de Warendorf, sont de nouveau sous le coup de mesures restrictives pour tenter d'enrayer la propagation du virus. Les autorités ont pris cette décision face à l'éruption d'un foyer de contamination dans le plus grand abattoir d'Europe, où plus de 1550 personnes ont été contaminées. Plus de 600.000 personnes sont concernées : leurs déplacements et leurs activités sont à nouveau strictement limités, mais elles ne sont pas obligées de rester à leur domicile. La mesure, qui doit durer au moins jusqu'au 30 juin, interdit néanmoins l'accès aux bars, cinémas, musées, centres de fitness, piscines, restaurants sauf pour membres d'une même foyer.

Portugal : Lisbonne et ses alentours

Au Portugal aussi, le rétablissement partiel des restrictions a été mis en place le même jour, mardi 23 juin. Confiné très tôt, le pays avait été relativement épargné par le Covid-19, mais depuis mi-juin le nombre de contaminations s'est multiplié dans les alentours de Lisbonne. Dans quinze quartiers de la capitale, ainsi que dans les communes voisines telles que Sintra, Odivelas, Loures et Amadora, le gouvernement a prononcé l'interdiction de se rassembler à plus de 10 personnes sur la voie publique, ainsi que la fermeture partielle des cafés et commerces. Une décision annoncée sans date de fin confirmée pour l'instant, suscitant des inquiétudes pour la saison touristique.

En Corée du Sud : Séoul et sa région

Toujours ce mardi, la Corée du Sud a reconnu qu’elle luttait depuis mi-mai contre une deuxième vague de coronavirus, à cause des "cas importés", soient des passagers arrivés de l'étranger depuis la reprise des activités. Des mesures de distanciation sociale ont été réimposées fin mai, et pourrait être durcies. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Alors que le pays enregistre actuellement entre 35 et 50 nouveaux cas répertoriés chaque jour, et recense la majorité des foyers de contamination à Séoul et ses environs. Le maire de la capitale a averti que des mesures beaucoup plus strictes seraient prises dans la ville si le nombre de contaminations était supérieur à 30 trois jours de suite. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent