Devant 500.000 fidèles au Portugal, le pape François a canonisé deux bergers de Fatima, à qui la Vierge serait apparue

DirectLCI
CÉRÉMONIE - D'après le Vatican, 500.000 fidèles étaient présents pour la cérémonie au cours de laquelle le pape a canonisé deux petits bergers de Fatima, auxquels serait apparue la Vierge il y a 100 ans jour pour jour.

Cela fait 100 ans aujourd’hui. Ce samedi, le pape François, en déplacement à Fatima au Portugal, a canonisé deux petits bergers, Francisco Marto et sa soeur Jacinta, au cours d'une longue célébration à laquelle 500.000 fidèles ont participé. La Vierge leur serait apparue le 13 mai 1917. Depuis, ce modeste village portugais est devenu un sanctuaire catholique mondialement connu.


Arrivé vendredi, le pape a été acclamé par des centaines de milliers de pèlerins. Ce samedi, il s'est tout d'abord recueilli sur les tombes des deux enfants, avant de prononcer une messe de canonisation sur les lieux mêmes des apparitions présumées.


En 1917, dans le contexte tragique de la Première Guerre mondiale et d'un gouvernement portugais anti-clérical, Francisco (9 ans), Jacinta (7 ans) et leur cousine Lucia dos Santos (10 ans), bergers pieux et illettrés d'un village isolé, affirmèrent que Marie leur était apparue à six reprises tous les 13 du mois, à partir de mai. Selon leurs propos, la mère de Jésus leur aurait aussi confié trois "secrets".

Les enfants furent considérés par les autorités locales comme des perturbateurs de l'ordre public, au point d'être mis brièvement au cachot, avant d'être libérés sous la pression populaire. Les apparitions de la "dame en blanc", que seuls virent les trois petits paysans, furent ensuite accompagnées de phénomènes insolites constatés le 13 octobre par 50.000 à 70.000 curieux, venus assister à une "danse du soleil".


Miracle ou hallucination collective renforcée par un phénomène naturel ? Les avis divergent parmi les prélats catholiques. L'épisode sera en tout cas décisif pour que l'Eglise déclare en 1930 les apparitions dignes de foi et autorise le culte de Notre-Dame de Fatima. Deux miracles, nécessaires à la canonisation, sont  notamment attribués aux petits bergers. Les parents d'un jeune garçon brésilien, Lucas, ont ainsi raconté jeudi à Fatima l'histoire de son rétablissement éclair, après une grave chute. Le miraculé, Lucas, sera présent ce samedi dans la foule. Auparavant, Maria Emilia Santos, une Portugaise paralysée pendant 22 ans, avait assuré avoir pu se lever de sa chaise roulante en 1989 après avoir invoqué Francisco et Jacinta.

L'Eglise catholique reconnaît, comme les autres religions, une place au surnaturel. En commençant par la vie de Jésus, jalonnée de nombreux miracles qui attiraient les foules. La reconnaissance d'autres apparitions ou guérisons inexplicables suit une procédure longue et prudente, pour ne pas mettre en risque la crédibilité de l'Eglise. Francisco et Jacinta mourront de la grippe espagnole en 1919 et 1920, mais leur cousine Lucia vivra jusqu'à 97 ans avec pour mission de divulguer à l'Eglise le message composé de trois secrets "prophétiques" que lui aurait confié Marie.   


Son procès en béatification a été initié en 2008, trois ans après sa mort. Le Saint-Siège s'est longtemps montré extrêmement frileux sur les nombreux écrits de l'unique survivante, vite éloignée de Fatima et qui deviendra une religieuse carmélite. 

Le dernier secret de Notre-Dame de Fatima fut même consulté en 1959 et en 1965 par deux papes, qui s'empressèrent de remettre le texte à l'abri dans les archives secrètes du Vatican. 

En vidéo

VIDEO - Portugal : les pèlerins fêtent la Vierge à Fatima

Sa divulgation en 2000, en même temps que la béatification des deux petits bergers par le pape Jean Paul II, mit fin à plus de 80 ans de prophéties souvent apocalyptiques circulant dans le monde. Ce secret contenait une vision jugée prophétique de l'attentat perpétré contre le pape polonais sur la place Saint-Pierre à Rome, le 13 mai 1981. Jean Paul II vouait une dévotion particulière à Notre-Dame de Fatima, convaincu qu'elle lui avait alors sauvé la vie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter