Crise des sous-marins : la fuite d'un SMS de Macron, "un coup bas sans précédent"

Crise des sous-marins : la fuite d'un SMS de Macron, "un coup bas sans précédent"

SAILLIE - Après la fuite d'un SMS du président Emmanuel Macron au Premier ministre australien Scott Morrison, l'ambassadeur de France à Canberra Jean-Pierre Thébault s'est insurgé contre les méthodes de l'Australie. Il a dénoncé les "belles paroles" australiennes dans la "tromperie" du contrat des sous-marins.

"Vous ne vous comportez pas comme ça lors d'échanges personnels entre dirigeants." La fuite dans la presse d'un SMS envoyé par le président français Emmanuel Macron au Premier ministre australien Scott Morrison est "un coup bas sans précédent", a déploré l'ambassadeur de France à Canberra Jean-Pierre Thébault, mercredi 3 novembre, dans un discours indigné devant le National Club Press. Selon lui, l'Australie a délibérément trompé Paris, dans ce qu'il qualifie de "coup de poignard dans le dos"

Toute l'info sur

Affaire des sous-marins : une crise inédite entre la France, l'Australie et les États-Unis

Cette fuite, qui, vu d'Australie tendrait à montrer que Paris était au courant d'une menace sur l'achat des 12 sous-marins français, pourrait être une riposte australienne à la déclaration du président Macron qui a dit qu'il "savait" que le Premier ministre Morrison lui avait menti en lui cachant son intention de mettre fin au contrat d'une valeur de 55 milliards d'euros. "Agir ainsi envoie un signal très inquiétant à tous les chefs d'État : sachez qu'en Australie, il y aura des fuites. Ce que vous dites en toute confidentialité à vos alliés sera un jour utilisé et retourné contre vous", a ajouté l'ambassadeur français.

Nous ne croirons plus les belles paroles, les promesses d'amour- Jean-Pierre Thébault, ambassadeur de France en Australie

Lors de sa prise de parole offensive devant le Club de la presse, Jean-Pierre Thébault a estimé que le "coup bas" de l'Australie est "peut-être la confirmation que nous n'étions pas considérés comme un allié". Le représentant des intérêts français sur le sol australien a notamment reproché à Canberra de ne jamais s'être franchement concerté avec la France, ni d'"avoir partagé ouvertement ses réflexions" et "cherché des alternatives" à ce contrat "alors qu'il y a eu beaucoup d'occasions" de le faire. 

Lire aussi

Rappelé par Paris après l'annulation du mégacontrat, l'ambassadeur de France a admis que restaurer des relations solides avec Canberra ne se fera en un claquement de doigts. Cela prendra du temps. "Désormais, par expérience, nous ne croirons plus les belles paroles, les promesses d'amour", a-t-il indiqué. "L'amour, c'est bien. Avoir une preuve d'amour, c'est bien mieux". Il a estimé que "nous pouvons reconstruire quelque chose de substantiel, mais nous partons de très loin. Malheureusement".

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : que sait-on des symptômes du variant Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : "une dizaine" de cas possibles du variant Omicron en cours d'analyse en France

EN DIRECT - Crise des migrants : un avion de Frontex va surveiller la Manche "jour et nuit" à compter de mercredi

"Dites à vos copains non vaccinés qu’ils commencent à nous saouler" : la charge de Patrick Bruel en plein concert

Affaire Hulot : Matthieu Orphelin, porte-parole de Yannick Jadot, "mis en retrait" de la campagne d'EELV

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.