"L'Amérique est de retour" : Joe Biden prend le contre-pied de l'"America First" de Donald Trump

"L'Amérique est de retour" : Joe Biden prend le contre-pied de l'"America First" de Donald Trump

DIPLOMATIE - Le président élu américain Joe Biden a assuré mardi que les États-Unis étaient de nouveau "prêts à guider le monde". Depuis son fief de Wilmington, dans le Delaware, il a présenté l'équipe diplomatique et de sécurité nationale de son futur gouvernement.

"L'Amérique est de retour". C'est, en substance, le message qu'a voulu faire passer mardi soir Joe Biden. Ou plus exactement Joe Biden et les premières personnalités qui vont l'accompagner : ils étaient sept à ses côtés sur la scène de Wilmington d'où le démocrate a vanté le retour du multilatéralisme.

"C'est une équipe qui reflète le fait que l'Amérique est de retour, prête à guider le monde", a déclaré Joe Biden, accompagné de sa future vice-présidente Kamala Harris. Cette première salve de nominations comprend plusieurs personnalités chevronnées ayant servi sous Barack Obama, comme Antony Blinken, futur chef de la diplomatie. "Nous ne pouvons pas résoudre seuls les problèmes du monde", a affirmé cet ex-numéro deux du département d'État. "Le multilatéralisme est de retour, la diplomatie est de retour", a renchéri la future ambassadrice américaine à l'ONU, Linda Thomas-Greenfield. 

Toute l'info sur

Biden et Harris à la Maison Blanche

"Nous faisons face à un monde totalement différent"

Longuement abordé mardi soir, la lutte contre le réchauffement climatique devrait figurer parmi les engagements forts du nouveau président. Le futur 46e président des États-Unis a créé un rôle d'émissaire spécial pour John Kerry. Cet ex-chef de la diplomatie avait lui-même signé, au nom des États-Unis, l'accord sur le climat négocié en 2015. Le président-élu a promis de revenir dès le premier jour de son mandat dans l'accord de Paris et de parvenir à la neutralité carbone en 2050 aux États-Unis.

 

Autre thématique forte, sociétale cette fois-ci. Disant vouloir donner une plus grande place aux femmes et aux minorités, l'ancien vice-président de Barack Obama a désigné le premier Hispanique à la tête de la Sécurité intérieure, Alejandro Mayorkas, et la première femme à la tête des services de renseignement, Avril Haines. Le démocrate prévoit aussi, selon une source dans son entourage, de nommer au Trésor l'ancienne présidente de la Banque centrale, Janet Yellen. 

Lire aussi

En choisissant ces personnalités qualifiées et habituées du pouvoir, Joe Biden signale un retour à une politique plus traditionnelle que celle de son prédécesseur Donald Trump, arrivé à Washington sur la promesse de rompre avec l'establishment. Le démocrate a pour autant rejeté l'idée qu'il ne faisait, avec son équipe, que rejouer un nouveau mandat Obama. "Nous faisons face à un monde totalement différent", a-t-il déclaré sur NBC, lors de sa première interview depuis l'élection. "Le président Trump a changé la donne. C'est devenu l'Amérique d'abord, ça a été l'Amérique seule."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : l'explosion des variants est-elle provoquée par le vaccin Pfizer ?

EN DIRECT - Covid-19 : le Portugal va fermer ses écoles pour quinze jours

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

EN DIRECT - "Pas une seconde à perdre" : Biden signe aujourd'hui de nouveaux décrets contre le Covid

EN IMAGES - Investiture de Joe Biden : 13 photos pour l'Histoire

Lire et commenter