Diplomatie : Washington annonce des sanctions contre Moscou et expulse dix diplomates

Joe Biden

SANCTIONS - En réponse notamment à des cyberattaques et des ingérences dans l'élection présidentielle 2020 attribuées à Moscou, le gouvernement américain de Joe Biden a annoncé des sanctions financières et diplomatiques à l'encontre de la Russie.

Dans un communiqué de presse publié sur le site de la Maison blanche, le président des États-Unis a annoncé l'expulsion de dix diplomates russes et la mise en place de sanctions financières contre la Russie. Dans le décret signé par Joe Biden, des mesures ont été prises pour permettre de punir de nouveau ce pays, de manière à engendrer "des conséquences stratégiques et économiques", "si elle continue ou favorise une escalade de ses actions de déstabilisation internationale."

Dans le cadre de ce décret, le Trésor américain a interdit aux institutions financières américaines d'acheter directement de la dette émise par la Russie après le 14 juin prochain. Il sanctionne également six sociétés technologiques russes accusées de 

soutenir les activités cyber du renseignement de Moscou.

Des sanctions en riposte à des cyberattaques attribuées à la Russie

Par ailleurs, le Trésor sanctionne 32 entités et personnes accusées d'avoir tenté, au nom du gouvernement russe, "d'influencer l'élection présidentielle de 2020 aux États-Unis", selon la Maison Blanche. En partenariat avec l'Union européenne, le Canada, le Royaume-Uni et l'Australie, l'administration américaine impose aussi des sanctions à huit personnes et entités "associées à l'occupation et à la répression persistante en Crimée".

Ces sanctions sont présentées comme une riposte à la gigantesque cyberattaque lors de l'élection présidentielle américaine de 2020. Ces cyberattaques auraient utilisé comme vecteur SolarWinds, un éditeur américain de logiciels dont un produit a été piraté pour introduire une faille chez ses utilisateurs, y compris plusieurs agences fédérales américaines. L'administration Biden accuse formellement la Russie d'être responsable de cette attaque, comme elle l'avait déjà laissé entendre.

Lire aussi

Ces sanctions s'ajoutent à une première série de mesures punitives annoncées en mars contre sept hauts responsables russes en réponse à l'empoisonnement et l'incarcération de l'opposant Alexeï Navalny. Suite à ces annonces, l'UE et l'Otan ont assuré les États-Unis de leur "solidarité". 

Les pays membres de l'Otan ont déclaré dans un communiqué soutenir les mesures prises  contre "les activités déstabilisatrices de la Russie".  Ils ont également appelé la Russie à "cesser immédiatement" et à se plier à ses obligations internationales, notamment en matière de maîtrise des armements, de désarmement et de non-prolifération. Ils ont également exhorté Moscou à "mettre un terme à ses provocations et à procéder immédiatement à une désescalade des tensions aux frontières de l'Ukraine ainsi qu'en Crimée, (un) territoire ayant été annexé de manière illégale".

De son côté, la Russie a promis une réponse "inévitable" aux nouvelles sanctions décrétées par les États-Unis à son encontre. Le pays a également annoncé avoir convoqué l'ambassadeur américain à Moscou pour une "conversation difficile".

La politique américaine vous intéresse ? Alors découvrez notre podcast "Far West"

Écoutez ce podcast sur votre plateforme d'écoute préférée : 

- Sur APPLE PODCAST

- Sur SPOTIFY

- Sur DEEZER

Après une campagne électrique et la défaite de Trump, plongez dans l’ère Biden avec Magali Barthès, spécialiste des questions internationales sur LCI et ses invités.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Alerte aux orages et aux vents forts : 13 départements en vigilance, risque de "phénomène violent"

Le "champignon noir" : que sait-on de cette infection qui touche les yeux de patients guéris du Covid en Inde ?

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Elle a tué son mari qui la tyrannisait : Valérie Bacot témoigne dans "Sept à Huit" avant son procès

Vaccin : le casse-tête de l'exécutif pour écouler les doses d'AstraZeneca

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.