"Nous ne concèderons jamais la défaite" : à Washington, Donald Trump continue de crier à la fraude

"Nous ne concèderons jamais la défaite" : à Washington, Donald Trump continue de crier à la fraude

TRANSITION – Alors que le Congrès va certifier la victoire du président élu Joe Biden, Donald Trump a harangué ses partisans réunis près de la Maison Blanche et demandé une énième fois un recomptage des votes.

"Save America March", une "marche pour sauver l’Amérique", ou du moins pour sauver la place de Donald Trump à la Maison Blanche, qu’il a perdue en novembre lors des élections. Ce mercredi 6 janvier, face à la foule réunie à Washington et acquise à sa cause, le président battu est monté sur l’estrade juste avant que ne commence une réunion du Congrès pour entériner la victoire du démocrate Joe Biden. "Nous ne concéderons jamais la défaite", a prévenu d’emblée Donald Trump, désormais célèbre pour être mauvais perdant. Ce dernier continue de contester le scrutin, qui a octroyé 306 grands électeurs à Joe Biden contre 232 pour lui, et mise cette fois sur ses partisans pour peser sur le déroulé des événements. Et Donald Trump n’a rien cédé, continuant de marteler que "les démocrates ont volé cette élection" et de demander à "revenir huit semaines en arrière".

Toute l'info sur

Le Capitole envahi par des partisans de Donald Trump

"Ce sont des républicains pathétiques"

Critiqué jusque dans son propre camp, le locataire de la Maison Blanche, pour encore douze jours, a visé directement les élus qui ont refusé de se rallier à sa cause, tels que Mitch McConnell, chef de la majorité républicaine au Sénat : "Ce sont de faibles républicains, ce sont des républicains pathétiques". Des dizaines d’autres républicains ont quant à eux promis d’exprimer leur désaccord avec le déroulé des élections et de dénoncer une fraude au sein du Capitole. 

Puis il a directement pris à parti son vice-président Mike Pence qui doit présider la séance du Congrès, l’appelant à ne pas entériner la victoire de Joe Biden. "J’espère que Mike fera la bonne chose. Parce que si Mike Pence fait la bonne chose, nous gagnons les élections. Les États veulent voter à nouveau. Tout ce que le vice-président Pence a à faire, c’est de demander aux États de revoter", a enjoint Donald Trump, ajoutant qu’il serait "très déçu" s’il ne le faisait pas. Le rôle de Mike Pence est strictement protocolaire mais c’est lui qui, aux termes de la réunion, devra ouvrir l’enveloppe contenant le nom du 46e président des États-Unis. Après presque quatre ans de loyaux services, la position du vice-président est donc pour le moins délicate.

Lire aussi

Lundi 4 janvier, le maire de Washington avait appelé la Garde nationale en renfort, craignant des débordements lors des rassemblements pro-Trump. Après le discours de Donald Trump, certains de ses partisans se sont rendu devant le Capitole pour alpaguer des élus républicains. Le président élu Joe Biden, dont l’officialisation au Congrès ne fait aucun doute, s’est gardé de tout commentaire en cette journée mouvementée dans une transition qui l’est tout autant. Le démocrate doit prêter serment le 20 janvier prochain. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

VIDÉO - Moins cher qu'un Ehpad : ces Français passent leur retraite dans un 4 étoiles en Tunisie

Reconfinement : Emmanuel Macron temporise, les scénarios des prochains jours

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 3000 malades en réanimation à nouveau franchi ce lundi

Maintien des écoles ouvertes, vacances scolaires... Les réponses de Jean-Michel Blanquer sur LCI

Écoles ouvertes, vacances : Jean-Michel Blanquer défend le statu quo

Lire et commenter