Des "preuves" de la mort de Maddie : ce dont disposent les enquêteurs allemands

Description du sujet digitial
International

JUSTICE - Les enquêteurs allemands affirment disposer de "preuves" du décès de la petite Britannique, disparue il y a 13 ans au Portugal. Notamment la présence de maillots de bain pour enfants, retrouvés dans le camping-car du suspect.

Le mystère de la petite Maddie en passe d'être dissipé ? Treize ans après la disparition de la fillette alors âgée de trois ans au cours d'un séjour au Portugal, la police allemande l'assure : des "preuves" de sa mort existent. Le fruit d'une enquête qui, après avoir patinée durant des années, s'est accélérée à la faveur d'une récente arrestation.

Christian B., un Allemand de 43 ans, est en effet devenu le suspect numéro 1 dans cette affaire tentaculaire. Depuis le début du mois de juin, les enquêteurs allemands pensent que ce pédophile multirécidiviste est impliqué dans la disparition de l'enfant. Ou plus exactement sa mort. "Je ne peux pas, pour l'instant, vous révéler les informations exactes dont nous disposons et qui indiquent que notre suspect a tué Madeleine", a déclaré mercredi un porte-parole du parquet de Brunswick, confirmant que le décès ne fait guère de doutes selon eux.

Des maillots de bain pour enfant retrouvés

Reste à savoir de quels éléments disposent les enquêteurs. Des éléments qui ne sont pas de "preuves médico-légales" au sens où, par exemple, des restes du corps auraient été trouvés, a précisé le parquet. Les médias allemands, dont la chaîne de télévision du magazine Der Spiegel, ont dévoilé quelques détails. Selon eux, les enquêteurs ont découvert dans un camping-car du suspect des maillots de bain pour enfants. Ils auraient aussi mis la main sur des clés USB contenant des milliers d'images pédophiles, dont certaines mettant en scène le suspect.

Lire aussi

Le suspect, Christian B., 43 ans, est actuellement en détention à Kiel, dans le nord de l'Allemagne, pour une autre affaire. Il vivait à l'époque des faits à quelques kilomètres de l'hôtel, dans la petite station balnéaire portugaise de Praia da Luz, où l'enfant avait disparu. Selon son avocat, cité dans les médias, l'homme réfute toute implication dans la disparition de la petite Britannique. Celui-ci a fait une demande de remise en liberté, qui n'aboutira pas selon le parquet. Il est en effet visé par une demande d'extradition au Portugal pour une autre affaire : le viol d'une femme de 72 ans.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent