Djihad : l'homme parti en Syrie avec sa fille de 18 mois arrêté à Roissy

International
DirectLCI
TERRORISME - Le djihadiste présumé qui avait enlevé en 2013 sa fille de 18 mois pour partir en Syrie a été placé mardi en garde à vue à son arrivée en France, après avoir été expulsé de Turquie.

Il avait emmené avec lui la petite Assia. Ce djihadiste présumé de 26 ans, arrêté par les autorités turques fin août, a été expulsé mardi et placé dans un vol à destination de la France. Hamaz - c'est son prénom - a été interpellé peu après 18h00, à son arrivée à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle par les agents de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a indiqué à l'AFP une source judiciaire.

Celui dont l'ex-épouse avait affirmé qu'il s'était radicalisé "sur internet", a été placé en garde à vue dans le cadre d'une information judiciaire ouverte en avril à Paris pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste". Il est également visé par une instruction ouverte à Bourg-en-Bresse, dans l'Ain, le département où réside Mériam Rhaiem qui avait porté plainte pour "soustraction de mineur" et "établissement de faux documents administratifs".

"Il faudra qu'il s'explique"

Le 14 octobre 2013, Hamaz n'avait pas ramené leur fille Assia, alors âgée de 18 mois après l'avoir gardée comme tous les lundis. Sa mère, Mériam Rhaiem s'est battue pendants de longs mois, alertant les médias pour la retrouver. Elle a finalement récupéré son bébé en Turquie début septembre, où le djihadiste présumé l'avait emmené et aurait eu l'intention de lui faire passer la frontière turco-syrienne pour rejoindre le Front al-Nosra, groupe jihadiste en lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

"Ce monsieur reste légitimement le papa de l'enfant, mais il faudra qu'il explique à la justice de son pays les raisons qui l'ont amené à emporter sa fillette sur une zone de guerre", a déclaré mardi soir à l'AFP l'avocat de Meriam Rhaiem, Me Gabriel Versini-Bullara.

EN SAVOIR + >> la fillette d'un djihadiste français revenue de "l'enfer syrien"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter