Accusé de viol, Trump répond : "Ce n'est pas mon genre de femme"

International

ETATS-UNIS - E. Jean Carroll, éditorialiste renommée de la version américaine du magazine "Elle", affirme avoir été violée par le magnat de l'immobilier en 1995 ou 1996 dans une cabine d'essayage d'un magasin de luxe new-yorkais.

Accusé par une éditorialiste de l'avoir violée à New York dans les années 1990, Donald Trump a tenté de se défendre, lundi, dans un entretien au site politique américain The Hill. "Je vais le dire avec grand respect. Premièrement, ce n'est pas mon genre de femme. Deuxièmement, ce n'est jamais arrivé. Ce n'est jamais arrivé, OK?", a déclaré le président américain.

"Un mensonge complet", a insisté Donald Trump. "Je ne sais rien de cette femme. C'est une chose terrible que des gens puissent proférer de telles accusations". "Je n'ai jamais rencontré cette personne de ma vie", avait-il réagi vendredi dans une déclaration écrite après la publication du témoignage d'E. Jean Carroll dans le magazine New York.

" Il se jette sur moi "

Aujourd'hui âgée de 75 ans, E. Jean Carroll, éditorialiste renommée de la version américaine du magazine Elle, affirme avoir été violée par le magnat de l'immobilier en 1995 ou 1996 dans une cabine d'essayage d'un magasin de luxe new-yorkais. Elle raconte avoir croisé par hasard l'ancien promotteur immobilier, qu'elle connaissait. Donald Trump lui aurait demandé de l'aider à chercher un cadeau pour une femme, avant de lui demander d'essayer de la lingerie. E. Jean Carroll prenant cela sur le ton de la rigolade, se dirige vers une cabine. 

Mais c'est alors, raconte-t-elle, que le milliardaire s'enferme avec elle, avant de l'embrasser de force et de la violer. "Il se jette sur moi, me pousse contre le mur, me frappe violemment la tête et pose la bouche sur mes lèvres. (...) L'instant suivant, il ouvre le pardessus, déboutonne son pantalon, touche mes parties intimes et enfonce son pénis à moitié - ou complètement, je ne suis plus certaine - en moi."

16 femmes accusent Trump

L'éditorialiste évoque également son agression présumée dans un ouvrage autobiographique, "What Do We Need Men For? A Modest Proposal" (Pourquoi avons-nous besoin des hommes? Une proposition modeste). E. Jean Carroll est au moins la seizième femme accusant Donald Trump d'agression sexuelle ou de viol avant son élection à la présidence. Des accusations qu'il a toujours niées.

Lire aussi

Début octobre 2016, à quelques jours de l'élection présidentielle, le Washington Post avait publié une vidéo de 2005 dans laquelle on entendait Donald Trump tenir des propos dégradants envers les femmes. Parlant à un animateur après une émission, alors que les micros étaient encore ouverts, Donald Trump y explique : "Quand t'es une star, elles te laissent faire. Tu peux tout faire. Les choper par la chatte". Il s'y vante aussi d'embrasser et de toucher les femmes à sa guise, un comportement pouvant s'apparenter à du harcèlement sexuel.

Lire et commenter