La justice accuse Trump d'avoir détourné l'argent de sa fondation

La justice accuse Trump d'avoir détourné l'argent de sa fondation

DirectLCI
MAUVAIS GENRE - Alors que la Fondation Trump fait l'objet d'une enquête depuis de nombreux mois, la procureure de l'Etat de New York a accusé jeudi Donald Trump d'avoir détourné de l'argent à des fins personnelles. Le président américain a aussitôt réagi sur Twitter, dénonçant une "chasse aux sorcières".

L'homme d'affaires devenu président a-t-il commis des détournement de fonds ? C'est ce que pense la justice américaine. Alors que la fondation Trump est dans la tourmente depuis fin 2016, soupçonnés de multiples irrégularités, la procureure générale de l'Etat de New York a directement mis en cause Donald Trump lui-même, jeudi. Selon Barbara Underwood, Trump a détourné l'argent de la fondation à des fins personnelles. "Comme le montre l'enquête, la Fondation Trump n'était guère plus qu'un chéquier pour régler les dépenses de Trump et de ses entreprises à des organisations non lucratives, quelles que soient leur raison d'être et leur légalité", indique-t-elle dans un communiqué. 


Sans contrôle, M. Trump aurait ainsi utilisé la fondation pour payer des frais personnels, promouvoir ses hôtels ou clubs de golf, et même peser sur sa campagne électorale, ce qui est strictement interdit par la loi. 

Assigné pour "conduite illégale récurrente"

La procureure a entamé une action judiciaire pour obtenir la dissolution de la fondation et a assigné en justice le président et les trois enfants issus de son premier mariage, Donald Jr., Eric et Ivanka, tous trois membres du conseil de direction de fondation, pour "conduite illégale récurrente".


Si Barbara Underwood a indiqué avoir prévenu le fisc et la Commission électorale fédérale de violations présumées sur lesquelles ils pourraient eux aussi vouloir enquêter, l'affaire ne devrait toutefois pas apporter un élément décisif à ceux qui plaident pour une procédure de destitution. 

Le président américain a aussitôt réagi dans une série de tweets, mettant en cause les démocrates, et dénonçant "une chasse aux sorcières" et une "fake news".

Il a aussi assuré qu'il ne réglerait pas cette affaire à l'amiable, comme il l'a fait dans le passé pour d'autres assignations contre lui au civil.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter