Donald Trump bloque l’arrivée des ressortissants de 7 pays musulmans

International

Toute L'info sur

La présidence Donald Trump

IMMIGRATION - Donald Trump s’est défendu du gel prochain de l’entrée de ressortissants de plusieurs pays musulmans aux Etats-Unis par crainte du terrorisme. "Le monde est devenu un foutoir complet", a-t-il expliqué.

"Ce n’est pas une interdiction contre les musulmans mais cela concerne des pays qui ont beaucoup de terrorisme". Donald Trump est revenu lors d’un entretien avec la chaine ABC sur la mesure qui s’apprête à être mise en place aux frontières des Etats-Unis. D’après un décret nommé "Protéger la nation d’attaques terroristes par des étrangers" dont le Washington Post a publié une copie, le gouvernement américain suspendra bientôt pour un mois l’arrivée sur son territoire de ressortissants de sept pays musulmans : l’Irak, l’Iran, la Libye, la Syrie, la Somalie, le Soudan et le Yémen.

"Je ne veux pas de terrorisme dans ce pays", a affirmé le président. Selon lui, les décisions de ses prédécesseurs Georges W. Bush et Barack Obama à propos de la situation au Moyen-Orient ont participé à l’instabilité et à la colère du monde musulman qui ont permis l’émergence du terrorisme. "Le monde est un foutoir […], le monde est en colère, s’est-il exprimé. Nous n’aurions pas dû aller en Irak (en 2003). Nous n’aurions pas dû nous en retirer de la façon dont nous l’avons fait (en 2011). Le monde est un foutoir complet."

Voir aussi

Ne pas vivre la même situation qu'en Europe

En bloquant les ressortissants de ces sept pays musulmans – dont il a refusé d'énoncer la liste lors de son interview – Donald Trump veut éviter la situation que connait l’Europe face au terrorisme. Selon lui, le Vieux Continent a fait "une énorme erreur en autorisant des millions de personnes à aller en Allemagne et dans d’autres pays. Vous n'avez qu'à regarder ce qu'il se passe là-bas, c'est une catastrophe".

Le président des Etats-Unis souhaite diviser par deux le nombre de réfugiés accueillis aux Etats-Unis sur l’année budgétaire (du 1er octobre 2016 au 30 septembre 2017). Obama voulait atteindre le chiffre de 100.000, Trump veut le limiter à 50.000. Pour y parvenir, le décret diffusé par le Washington Post indique que l’administration a également pour mission de ne plus accepter un seul réfugié pendant quatre mois et refuser définitivement l’accueil des Syriens.

Lire aussi

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter