Donald Trump dément l'arrestation d'espions de la CIA par l'Iran

International

Toute L'info sur

Guerre des nerfs entre l'Iran et les Etats-Unis

TENSIONS - Dans un tweet, Donald Trump a démenti ce lundi 22 juillet l'arrestation d'espions de la CIA par Téhéran, entre mars 2018 et mars 2019.

"Pas une once de vérité." Donald Trump a répondu ce lundi 22 juillet à Téhéran qui avait annoncé plus tôt dans la journée avoir capturé des espions de la CIA, le service de renseignements américain. Ce dernier n'a pas attendu la réaction de l'agence pour qualifier les propos iraniens "totalement faux". "Leur économie est morte et cela va empirer", a jugé bon de conclure le président américain.

Le 18 juin dernier, Téhéran avait déjà communiqué sur le démantèlement d'un "réseau d'espions", sans plus de précisions. 

Selon les dires de l'Iran de ce lundi, 17 Iraniens ont été arrêtés par les autorités entre mars 2018 et mars 2019 et sont accusés d'espionnage pour le compte de la CIA. "Ceux qui ont délibérément trahi leur pays ont été remis à la justice. Certains ont été condamnés à mort et d'autres à de longues peines de prison", a réagi le chef du contre-espionnage iranien, dont l'identité n'a pas été révélée. "Certains ont été approchés alors qu'ils faisaient leur demande de visa, d'autres avaient déjà des visas mais ont été soumis à la pression de la CIA au moment de leur renouvellement."

Lire aussi

Le tweet de Donal Trump a suscité des critiques de la part des renseignements américains. "Il y a une raison pour laquelle le gouvernement ne s'exprime JAMAIS sur de telles informations. La prochaine fois qu'une information de cette nature ne suscitera pas de réponse, tout le monde pensera qu'elle est vraie", a notamment réagi Ned Price, ancien membre de la CIA.

Cette nouvelle annonce de Téhéran intervient dans un contexte d'extrêmes tensions entre l'Iran et les Etats-Unis, dans le Golfe, où le détroit d'Ormuz est le théâtre d'opérations militaires conduites par les deux pays. C'est donc le deuxième démenti en seulement trois jours, après l'annonce de la destruction d'un drone iranien par Washington jeudi 18 juillet, contestée ensuite par Téhéran.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter