Donald Trump est "en excellente santé", selon la Maison-Blanche

Donald Trump est "en excellente santé", selon la Maison-Blanche

BULLETIN - En pleine polémique sur sa santé mentale, le président a rendu public les résultats de sa première visite médicale. Un bilan qui ne devrait pas calmer les critiques, Donald Trump ayant refusé des examens psychiatriques. Cette nuit, la Maison-Blanche a publié son communiqué et le président américain est "en excellente santé".

"Le président américain Donald Trump est en excellente santé". Le communiqué de la Maison-Blanche est tombé dans la nuit : "La visite médicale du président à l'hôpital national militaire de Walter Reed s'est extraordinairement bien passée. Le président est en excellente santé", a déclaré le médecin Ronny Jackson, qui était auparavant en charge de son prédécesseur démocrate Barack Obama. Il doit donner des détails sur le bulletin de santé mardi. Mais s'il est excellent, ce bilan de santé est aussi... limité : poids, pression artérielle et taux de cholestérol sont les seuls indicateurs communiqués sur la santé du dirigeant, âgé de 71 ans. 


Trump doit-il compléter cette première visite médicale par des examens psychologiques et psychiatriques ? "Non", répondait cette semaine, Hogan Gidley, le porte-parole de la Maison-Blanche. L'homme le plus puissant du monde s'est donc contenté d'un examen basique, auquel il n'est d'ailleurs pas tenu : le président des Etats-Unis n'a en effet aucune obligation de se soumettre à un bilan de santé, ni d'en rendre publics les résultats. Mais c'est devenu une tradition. Et ses détracteurs souhaiteraient que Donald Trump accorde un peu plus de temps à la médecine. 

Une question ancienne

Il faut dire que la santé mentale du 45e président est au cœur de toutes les spéculations ces dernières semaines. Des médias se tournent même vers des spécialistes pour une analyse à distance : ses tirades de tweets, sa gestuelle parfois surprenante ou encore ses difficultés passagères d'élocution ont donné lieu à d'innombrables interprétations plus ou moins rigoureuses, et forcément limitées. Des interprétations qui viennent d'être relancées par le livre polémique du journaliste Michael Wolff qui dresse un portrait au vitriol de l'ancien magnat de l'immobilier, assurant même que son entourage doute de sa capacité à gouverner. 


Légitimes ou non, les critiques sur l'aptitude à gouverner de certains présidents des Etats-Unis ne sont pas une nouveauté. Le débat avait été vif lors du deuxième mandat de Ronald Reagan, au milieu des années 80, où certains observateurs s'interrogeaient sur la détérioration de ses capacités intellectuelles. Plusieurs années après avoir quitté le pouvoir, ce dernier annoncera être atteint de la maladie d'Alzheimer. En 1994, l'ancien président Jimmy Carter avait lui-même tiré la sonnette d'alarme, s'inquiétant du "danger" que représentait pour les Etats-Unis  la possibilité que les capacités d'un président soient réduites du fait d'une "maladie neurologique".

En vidéo

Que révèle le livre que Donald Trump a voulu interdire ?

"L'individu en meilleure santé jamais élu à la présidence"

Quid du "cas Trump" ? Depuis la campagne présidentielle, celui-ci ne cesse de répéter qu'il se porte à merveille. A l'époque, il avait par exemple publié un courrier de son médecin affirmant qu'il était "en excellente santé". C'est le même médecin, Harold Bornstein, qui avait publié fin 2015 une lettre de quatre paragraphes décrivant, en termes enthousiastes, l'état de santé du magnat de l'immobilier : "S'il est élu, je peux affirmer sans équivoque qu'il sera l'individu en meilleure santé jamais élu à la présidence".


Piqué au vif par les interrogations sur ses aptitudes mentales,  le principal interessé a quant à lui vanté ce weekend sur Twitter ses facultés intellectuelles, se qualifiant de "génie très stable".

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter