Donald Trump et la Russie : de nouvelles accusations relancent l'hypothèse d'une destitution

Donald Trump et la Russie : de nouvelles accusations relancent l'hypothèse d'une destitution
International
INGÉRENCE RUSSE - L'enquête sur les ingérences russes dans la campagne électorale de 2016 suit son cours. Le site Buzzfeed révèle ce jeudi 17 janvier que Donald Trump aurait explicitement demandé à son ex-avocat Michael Cohen de mentir dans ses témoignages aux enquêteurs.

De nouvelles révélations concernant les activités de Michael Cohen, l'ex-avocat de Donald Trump, pourraient, si elles sont confirmées par la justice, être à l'origine d'une procédure de destitution du président américain. C'est le média BuzzFeed qui a révélé l'affaire : Michael Cohen aurait menti au Congrès sur ordre de Donald Trump concernant des négociations en cours avec la Russie.


Ces déclarations ont lieu dans le cadre de l'enquête sur les ingérences russes dans l'élection de 2016, menée par le procureur spécial Robert Mueller. Ces enquêtes cherchent notamment à déterminer les liens d'affaires qui ont pu exister entre Donald Trump et la Russie et qui auraient pu avoir une influence dans la présidentielle américaine.

Des preuves que Donald Trump a demandé à Michael Cohen de mentir aux enquêteurs

Selon deux sources policières fédérales anonymes impliquées dans l'enquête sur l'ingérence russe, Michael Cohen était en effet en charge de l'organisation des négociations pour la construction d'une "tour Trump" à Moscou. En novembre, Michael Cohen a plaidé coupable pour avoir menti à propos de cet accord, dans un témoignage et dans une déclaration devant les comités du renseignement du Sénat et de la Chambre des représentants. L'avocat spécial Robert Mueller a estimé que la fausse affirmation de Cohen, selon laquelle le projet aurait pris fin en janvier 2016, était une tentative de "minimiser les liens entre le projet de Moscou et Donald Trump (...) dans l'espoir de limiter les enquêtes en cours en Russie".


Depuis les aveux de Michael Cohen, d'autres sources ont indiqué que le président américain et ses enfants, Ivanka et Donald Trump Jr., recevaient régulièrement des mises à jour détaillées du projet immobilier familial géré par Cohen, alors que Donald Trump a régulièrement déclaré qu'il n’avait aucun accord commercial avec la Russie.


Grâce à ces mêmes sources, BuzzFeed révèle aujourd'hui que ce mensonge pour dissimuler l'implication de Trump était en réalité une demande émanant du président, qui aurait personnellement ordonné à Michael Cohen de mentir sur la date de fin des négociations, une fois les élections passées.


Selon les documents auxquels ont eu accès les enquêteurs, Trump a même été informé que Cohen parlait de l'accord avec des représentants du gouvernement russe. Pire, le président américain a encouragé son avocat à planifier un voyage en Russie en pleine campagne présidentielle, et à organiser une rencontre entre le candidat et Vladimir Poutine. Le voyage n’a jamais eu lieu et les projets de construction de la "Trump Tower Moscow" n’ont jamais abouti. Mais les négociations "immobilières" de Cohen occupent une place importante dans l’enquête de Robert Mueller.

Les démocrates estiment l'impeachment accessible

Cette révélation n’est pas la première suggérant que le président tente de faire obstruction à l'enquête. Mais le témoignage de Cohen marque un nouveau tournant : il s'agirait de la première preuve que Trump a explicitement demandé à un subordonné de mentir sur ses propres relations avec la Russie.


Pour plusieurs députés démocrates, si ce rapport est exact, il pourrait être suffisant pour demander une procédure d'impeachment. Les dirigeants du parti, majoritaire à la Chambre des représentants, ont demandé une enquête complémentaire et déclaré qu'en fonction des conclusions, Trump pourrait être accusé de parjure. Certains faisant le parallèle avec le cas de destitution de Richard Nixon. 

"Cette superbe histoire de la tour Trump à Moscou établit un cas clair d'obstruction de la justice, un crime. J'ai perdu le compte maintenant sur le nombre de fois où @realDonaldTrump s'est engagé dans une obstruction de la justice. Oh et pour votre information, le premier article d'impeachment pour Richard Nixon était obstruction à la justice."

Michael Cohen mêlé à toujours plus d'accusations

Michael Cohen a déjà été condamné à trois ans de prison en décembre dernier pour avoir acheté au nom de Donald Trump le silence de deux femmes disant avoir eu une relation avec l'homme d'affaires, en violation de la législation sur le financement des campagnes électorales. Cette semaine, de nouvelles révélations sur l'ancien avocat sont sorties dans la presse américaine. 


Selon le Wall Street Journal, début 2015, Michael Cohen a payé plusieurs milliers de dollars à un collaborateur du leader évangélique Jerry Falwell Jr., un fervent partisan du Donald Trump. Ce collaborateur, John Gauger, est le dirigeant d'une petite société et le responsable informatique de la Liberty University de Virginie, dirigée par l'évangéliste. Il aurait touché cet argent afin de manipuler des sondages en ligne dans le but d'améliorer la visibilité de Donald Trump, juste avant que celui-ci ne présente sa candidature à l'investiture républicaine pour la présidentielle.


Sur Twitter, Michael Cohen a réagi à l'article du Wall Street Journal révélant l'affaire : "Au sujet de l'article du WSJ sur le trucage des sondages, j'ai fait ce que j'ai fait à la demande de Donald Trump et pour son seul bénéfice. Je regrette vraiment ma loyauté aveugle envers un homme qui ne la mérite pas".

Les révélations du Wall Street Journal étaient visiblement connues des enquêteurs, et ne devraient pas lui valoir de nouvelles poursuites judiciaires. Dans leur acte d'accusation enregistré en août au tribunal, ils évoquaient une note de 50.000 dollars pour des "services technologiques", facturée par M. Cohen à la Trump Organization, qui correspondrait en fait à la somme versée au collaborateur de M. Falwell, selon le quotidien.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter