Donald Trump fait une visite surprise en Irak pour rencontrer les troupes américaines, une première dans sa présidence

International
SURPRISE - Alors que Donald Trump est vivement critiqué après son annonce du retrait des troupes américaines de Syrie et sa décision de fermer l'administration fédérale jusqu'à ce qu'il obtienne 5 milliards de dollars pour construire un mur entre les États-Unis et le Mexique, il a pris tout le monde de cours en se rendant par surprise dans une zone de guerre pour rencontrer des soldats.

Pour la première fois en deux années de présidence, le président Donald Trump s'est rendu en zone de guerre pour rencontrer les troupes américaines. Cette visite surprise en Irak a été annoncée ce mercredi par sa porte-parole Sarah Sanders. Le milliardaire et la Première dame des Etats-Unis "se sont envolés pour l'Irak tard le soir de Noël pour rendre visite à nos troupes et à nos commandants militaires afin de les remercier pour leur engagement, leur succès et leur sacrifice, et pour leur souhaiter Joyeux Noël", a-t-elle annoncé sur Twitter.

Accompagné de la First Lady, Donald Trump a visité la base aérienne d'Al-Assad dans la province d'Al-Anbar, où il s'est entretenu avec des soldats et des commandants militaires.


Il a profité de cette visite pour adresser un message à ses alliés après sa décision de retirer les 2000 soldats américains actuellement présents sur le sol syrien. "Je crois que beaucoup de gens vont adopter ma façon de penser", a-t-il dit. "Il est temps que nous commencions à nous servir de notre tête".


Il a réaffirmé sa doctrine isolationniste d'"America First". "Les Etats-Unis ne peuvent pas continuer à être le gendarme du monde", a-t-il dit. "C'est injuste quand le fardeau est entièrement sur nous, les Etats-Unis", a-t-il ajouté.

Une visite pour répondre aux critiques

Donald Trump s'est attiré les foudres d'un certain nombre de personnes au sein de l'armée américaine pour ne s'être pas rendu jusqu'alors auprès des troupes dans les zones de conflit depuis son entrée en fonctions en janvier 2017. Ces critiques sont notamment apparues après l'annulation pour cause de pluie de sa visite dans un cimetière militaire de la Première Guerre mondiale en France pendant le weekend de commémoration des 100 ans de la Grande Guerre.


Les deux prédécesseurs de Trump, George W. Bush et Barack Obama, avaient effectué durant leurs mandats de nombreux déplacements auprès de troupes américaines engagées dans des zones de conflit.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Donald Trump

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter