Donald Trump hospitalisé : "Il veut montrer à ses électeurs que, lorsqu’on se bat, on peut y arriver"

Donald Trump hospitalisé : "Il veut montrer à ses électeurs que, lorsqu’on se bat, on peut y arriver"
International

COVID - Le président américain, qui pourrait quitter l’hôpital lundi 5 octobre, a effectué une courte sortie après avoir diffusé une vidéo dans laquelle il déclare avoir "beaucoup appris" sur le Covid-19. Un atout ou ou une faiblesse dans le contexte des élections ?

Donald Trump tient à montrer qu’il va bien, par tous les moyens. Le président américain a brièvement salué ses partisans depuis sa voiture à l’extérieur de l’hôpital, dimanche 4 octobre, alors que ses médecins pensent possible un retour du dirigeant malade du Covid-19 dès ce lundi à la Maison Blanche, si son état continuait à s’améliorer. 

Mais dans le contexte des élections présidentielles, cette hospitalisation marque-t-elle un tournant ? On en parle avec la journaliste de LCI, ancienne correspondante aux Etats-Unis, Laurence Haïm. 

Lire aussi

Ce qu’il faudra surveiller dans les heures et les jours qui viennent, ce sera la différence de traitement que Donald Trump a eu par rapport à l’ensemble des Américains- Laurence Haim, journaliste

Donald Trump peut-il tirer parti de cette hospitalisation ?

Laurence Haïm : Donald Trump a une carte à jouer. C’est d’ailleurs ce qu’il a commencé à faire dans sa communication. Il veut montrer à ses élections et aux indécis que, lorsqu’on se bat, on peut y arriver. A chaque fois qu’il prend la parole, à chaque fois que ses enfants prennent la parole, c'est pour le décrire comme un guerrier qui va s'en sortir. Une dimension qui va plaire à l’Amérique de Donald Trump, soutenant que lorsqu’on est dans la difficulté, on n’abandonne pas. On se bat et on gagne. 

Alors que la guérison de Donald Trump du Covid-19 se profile, son équipe de campagne sollicite les électeurs pour recueillir des dons. Le Covid peut-il devenir un argument de campagne ?

En réalité, le Covid s'avère déjà dans la campagne présidentielle depuis le début avec au départ une utilisation du port du masque comme acte politique : l'Amérique qui vote Donald Trump ne plébiscite pas le port du masque à l'inverse de l’Amérique qui vote Joe Biden. Et là, plus que jamais, le Covid va devenir un argument. Ce qu’il faudra surveiller dans les heures et les jours qui viennent, ce sera la différence de traitement que Donald Trump a eu par rapport à l’ensemble des Américains, soit le traitement V.I.P. (Very Important Person, ndlr). Donald Trump est en train de bénéficier d’un traitement auquel la majorité des Américains n’ont pas accès. Il va y avoir à mon avis une utilisation politique de la manière dont il se fait soigner.

Y compris dans le message qu'il a posté sur son compte Twitter, où il déclare avoir "beaucoup appris sur le Covid, je l'ai appris en faisant l'expérience moi-même, c'est l'école de la vie", remerciant ses médecins et les "grands patriotes" qui veillent sur lui dehors ?

Donald Trump est toujours sincère dans sa manière de communiquer. C’est quelqu’un qui fonce, qui veut utiliser ce qu’il perçoit comme dans l’air du temps. Il sait aussi pertinemment que la partie de son électorat qui l’adore va vouloir le regarder combattre le virus.

Toute l'info sur

Donald Trump positif au Covid-19, la campagne bouleversée

Face à cette hospitalisation de Donald Trump, comment vont se positionner Joe Biden et son clan ?

Le positionnement du clan démocrate consiste à respecter pleinement la fonction présidentielle, extrêmement importante aux Etats-Unis. Après l'hospitalisation de Donald Trump, l’équipe de campagne de Joe Biden a ainsi décidé de retirer toute publicité négative à l’égard de l'actuel président. L'équipe de campagne de Donald Trump, elle, a diffusé un communiqué dimanche soir stipulant que celle de Biden n’avait pas retiré l’intégralité de la publicité négative à la télévision. C’est à mon sens parce que l’équipe n’a pas eu le temps de les retirer de certains marchés de télévision locale et ce n’est pas évident. Ce qui est intéressant, c’est ce qui va se passer du côté de Joe Biden : en moins de six jours, il a annoncé qu’il s’est fait tester trois fois, qu'il est négatif mais sa campagne ne cesse de clamer "on est dans un territoire inconnu". En d’autres termes, tout peut aussi arriver à ce candidat qui aura 78 ans en novembre. 

Sur le même sujet

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent