Donald Trump hospitalisé : une poussée de fièvre en cinq étapes

Donald Trump hospitalisé : une poussée de fièvre en cinq étapes
International

STEP BY STEP - Positif au Covid-19, Donald Trump est hospitalisé depuis vendredi à Washington. Depuis, son état de santé fait l'objet de spéculations, notamment en raison d'une communication maladroite.

Une hospitalisation éclair ? L'état de santé de Donald Trump, contaminé par le Covid-19, continue de "s"améliorer" à en croire son médecin, le Dr Sean Conley, selon qui le président américain pourrait sortir de l'hôpital dès lundi, soit trois jours après y être entré pour cause de Covid-19. Des informations à prendre cependant avec des pincettes. Et pour cause, le weekend a été marqué par des couacs dans la communication du chef de l'Etat qui n'ont pas manqué de susciter le trouble aux Etats-Unis et au-delà. De l'annonce de sa contamination à son éventuel retour aux affaires, on rembobine le fil de trois jours pas comme les autres.

Le couple présidentiel positif au Covid-19

La nouvelle, annoncée le 2 octobre via Twitter, résonne comme un coup de tonnerre. "La Première dame et moi-même avons été testés positifs au Covid-19", écrit dans la nuit de jeudi à vendredi le président républicain de 74 ans, expliquant que Melania Trump et lui entrent en "quarantaine". Une nouvelle qui bouleverse la campagne en vue de l'élection présidentielle du 3 novembre.

Alors que les services du président de la première puissance mondiale s'affairent au traçage de potentiels - nombreux - cas contacts, son chef de cabinet Mark Meadows se veut rassurant : Donald Trump ne souffre que de "symptômes légers" et garde "bon moral". "Il a non seulement bon moral mais il a aussi beaucoup d'énergie", souligne-t-il, se disant "optimiste" sur un "rétablissement rapide"

De Vladimir Poutine à Emmanuel Macron, de Joe Biden à Barack Obama en passant par le patron de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, Emmanuel Macron ou encore Charles Michels, les messages de soutien affluent du monde entier.

Donald Trump héliporté vers l'hôpital

Quelques heures plus tard, stupeur, l'hospitalisation de Donald Trump est annoncée par sa porte-parole Kayleigh McEnany. Les chaînes de télévision américaines diffusent les images de l'hélicoptère Marine One qui l'attend pour le transfert. Le Commander in chief publie un court message vidéo sur Twitter : "Je veux remercier tout le monde pour l'incroyable soutien. Je vais à l'hôpital Walter Reed. Je pense que je vais très bien, mais nous allons nous assurer que les choses se passent bien". 

Lire aussi

Dans un communiqué, son médecin Sean Conley indique qu'il lui a injecté une dose du cocktail expérimental développé par la société de biotechnologie Regeneron. Un traitement qui a donné des résultats préliminaires encourageants dans des essais cliniques sur un petit nombre de patients. Il a reçu la plus forte dose, 8 grammes. Donald Trump prend également du zinc, de la vitamine D, de la famotidine, de la mélatonine et de l'aspirine, selon son docteur.

De l'optimisme à l'alarmisme

"Ce matin, le président va très bien" : quand il prend la parole samedi 3 octobre au matin devant l'hôpital, Sean Conley enchaîne les bonnes nouvelles sur l'état de santé de Donald Trump. "Nous surveillons ses fonctions cardiaque, rénale et du foie, toutes sont normales. Le président ce matin n'est pas sous oxygène, il n'a pas de difficulté à respirer ni à marcher à l'intérieur de l'unité médicale de la Maison-Blanche", assure le médecin, serein… avant de se prendre les pieds dans le tapis. Malgré plusieurs questions de journalistes, Sean Conley ne confirme pas que Donald Trump n'avait reçu à aucun moment une supplémentation en oxygène, insistant qu'il n'était actuellement pas sous oxygène. 

Le médecin étonne également en évoquant "72 heures" depuis le diagnostic du président, une durée incohérente avec l'annonce publique du test positif de Donald Trump, dans la nuit de jeudi à vendredi. 

Lire aussi

La véracité du médecin est d'avantage mise en cause quelques minutes plus tard quand une source anonyme considérée comme bien informée sur l'état de santé du président - et identifiée par la suite par des médias américains comme n'étant autre que son chef de cabinet Mark Meadows - déclare : "Les signes vitaux du président ces dernières 24 heures ont été très inquiétants, et les 48 prochaines heures seront critiques en termes de soins".

Une (nouvelle) vidéo pour tenter de clore l'imbroglio

Alors que l'incertitude gagne au fil de la journée du samedi les rangs des républicains, Mark Meadows tente d'éteindre l'incendie. Auprès de Fox News, il assure qu'il n'y a jamais eu de risque que Donald Trump doive céder le pouvoir : "Son état s'est incroyablement amélioré depuis hier matin, un moment où je sais qu'un certain nombre d'entre nous, le médecin et moi, étions très préoccupés."

Le septuagénaire a lui-même voulu rassurer les Américains en faisant diffuser des photographies de lui "au travail" depuis l'hôpital, et en publiant une vidéo sur Twitter samedi soir. "Je commence à aller bien", déclare-t-il face caméra. Avant de prévenir : "On ne sait pas pour la période des tout prochains jours, je suppose que c'est ça le vrai test".

Un peu plus tard, deux photos sont publiées pour, semble-t-il, prouver que le président est encore capable de travailler. Des clichés pris à deux endroits différents de la suite médicale et censés être pris à deux moments différents de la journée. Pourtant, d'après leurs métadonnées, les photos ont été pris à seulement dix minutes d'intervalle. Un élément qui laisse penser à une mise en scène, tout comme le fait que le président américain ne fasse que signer sur une page blanche. 

Sortie brève... puis définitive ?

Après deux nuits à l'hôpital, les médecins du président américain Donald Trump reprennent la parole dimanche 4 octobre au matin et assurent que le milliardaire pourrait peut-être retourner à la Maison-Blanche dès le lendemain, lundi, si son état continue à s'améliorer. Faisant volte-face par rapport à son point presse de la veille, Sean Conley admet cette fois que l'état de Donald Trump s'est dégradé vendredi au point de requérir une supplémentation en oxygène, pendant environ une heure. Le président, explique-t-il, avait aussi de la fièvre et de la toux. 

Lire aussi

Dans l'après-midi, après une nouvelle vidéo dans laquelle il apparaît debout et affirme en avoir "beaucoup appris sur le Covid", Donald Trump s'offre une rapide sortie de l'hôpital militaire pour saluer ses sympathisants depuis sa voiture. Une façon, une fois encore, de tenter de rassurer sur son état de santé. En attendant la suite... 

Toute l'info sur

Donald Trump positif au Covid-19, la campagne bouleversée

Suivez toute l'actualité en direct sur LCI.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Des médecins réclament un couvre-feu à 19h et un confinement le week-end

"Nous avons perdu la maîtrise" de l'épidémie, alerte l'infectiologue Karine Lacombe

EN DIRECT - Covid-19 : plus de 52.000 nouveaux cas en 24 heures, nouveau record quotidien

Caricatures, loi sur le voile, mise à l'honneur d'Israël... quand la France est visée par un boycott

Provocations d'Erdogan, manifs hostiles... après un nouveau dimanche tendu, la France hausse le ton

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent