Trump, Mukwege, Nadia Murad : farfelus ou plus sérieux, qui sont les favoris des bookmakers pour le Prix Nobel de la paix ?

Trump, Mukwege, Nadia Murad : farfelus ou plus sérieux, qui sont les favoris des bookmakers pour le Prix Nobel de la paix ?

International
DirectLCI
PRIX - L'Institut Nobel a reçu cette année 329 candidatures, y compris celles avancées par les cinq membres du comité attribuant le prix, eux aussi autorisés à proposer des noms. De quoi alimenter les paris en ligne...

Faites vos jeux, rien ne va plus. A quelques heures de l'annonce du prix Nobel, les bookmakers ont visiblement déjà tranché. Pour autant, il semble plus aisé de rayer des noms que prédire celui du gagnant…


Cette année, pas moins de 331 individus et organisations ont été proposés pour la prestigieuse récompense, attribuée vendredi 5 octobre à Oslo. Autant dire que le champ des possibles est considérable pour les cinq membres du comité norvégien, chargés de désigner le lauréat. Même si l'exercice relève de la gageure, avec une liste des candidats qui reste secrète, les pronostics vont bon train. Dans l'ordre, voici leur quinté gagnant : Kim Jong-un et Moon Jae-in, l'activiste yézidie Nadia Murad, Donald Trump, gynécologue congolais Denis Mukwege, déjà récipiendaire du prix Sakharov en 2014, l'Irakienne Yanar Mohammed, et le journal russe Novaya Gazeta.

En vidéo

Trump futur prix Nobel de la Paix ? "Non ce n'est pas de la provocation" pour Jean-Eric Branaa

Le choix de Trump, favori des bookmakers, serait "inapproprié"

À en croire les sites de paris en ligne, les dirigeants sud-coréen Moon Jae-in et nord-coréen Kim Jong Un ont donc la cote grâce au début de rapprochement entre les deux pays. Les experts Nobel - qui se trompent plus souvent qu'à leur tour - restent perplexes face à cette éventualité. Le passif de Kim Jong Un en matière de droits de l'Homme ne plaide pas non plus en sa faveur. Un prix au seul Moon Jae-in ? Il "a fait du bon travail pour promouvoir la paix aux Jeux olympiques" d'hiver de Pyeongchang, note le professeur suédois Peter Wallensteen, spécialiste des questions internationales.


Quid de Donald Trump, que certains responsables internationaux comme l'ex-chef de la diplomatie britannique Boris Johnson et Moon Jae-in lui-même verraient bien auréolé pour ses initiatives sur cette même péninsule coréenne ? À 7 contre 1, le président américain est dans le trio de tête chez le bookmaker Betsson, loin devant les dirigeants français Emmanuel Macron, britannique Theresa May et russe Vladimir Poutine, tous trois donnés à 75 contre 1. Mais un tel prix serait "inapproprié", rétorque Dan Smith du Sipri. Il pointe ses décisions, "très négatives pour la paix", de retirer les États-Unis des accords internationaux sur le climat et sur le nucléaire iranien. D'ailleurs, la seule initiative rendue publique pour proposer le nom de Donald Trump au Comité Nobel norvégien a été invalidée, car elle émanait d'une personne coupable d'usurpation d'identité.

Faute de certitudes sur les timides progrès réalisés sur la planète, certains observateurs se tournent vers des "classiques" pour succéder au lauréat 2017, la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN). Alors que le hashtag #MeToo contribue à éveiller les consciences, le prix pourrait récompenser des champions de la lutte contre les violences sexuelles, tels que le gynécologue congolais Denis Mukwege, maintes fois nominé dans le passé, et la jeune Yazidie Nadia Murad, ex-esclave sexuelle du groupe État islamique.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter